Nous sommes le 22 Oct 2020 21:33




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 47 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 01 Oct 2020 07:45 
En ligne
Alpiniste
Alpiniste

Inscription: 03 Juin 2020 11:49
Messages: 115
"L'amour rend aveugle", c'est peut être ce jour là qu'est né l'expression !


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Oct 2020 12:04 
En ligne
Montagnard (e)
Montagnard (e)

Inscription: 22 Sep 2020 12:09
Messages: 60
Gilles-33 a écrit:
"L'amour rend aveugle", c'est peut être ce jour là qu'est né l'expression !

LukeSmith a écrit:
ha... l'amour... c'est tellement beau l'amour... et tellement con à la fois!

Oui, comme toute façon de voir, c'est une façon de ne pas voir, pour le meilleur ou pour le pire !
Mais l'admiration elle aussi peut pousser à l'erreur.

Dans ma tête d'étudiant désargenté, prisonnier de la ville, j'hébergeais tant d'exploits d'alpinistes, de pyrénéistes, d'himalayistes, de héros de romans de Frison Roche à Joseph Peyré, que mes premiers pas en montagne ne touchaient pas complètement terre, ni la muraille rocheuse au fond du plateau béarnais de l'Hers qui me barrait l'horizon inconnu du col de la Cuarde. Fringant, je grimpais vers mon nuage, ivre de mouvement, d'air vif et de paysage, estomac creux et bouche sèche. Ce fut bien plus long que prévu, mon corps protestait de plus en plus, m'obligea à retourner avant d'atteindre le col rêvé. La marche devint pénible, plus que pénible, un calvaire.
Il ne restait environ que trois cents mètres de prairie plate et un talus de deux mètres à franchir pour atteindre ma voiture, mais les genoux fondaient. A chaque pas, je perdais la vue pendant quelques secondes, à chaque arrêt, je luttais contre le vertige et l'évanouissement. Je n'avançais plus que d'un pas à la fois, privé maintenant de l'ouïe. Pour tenir debout, avancer malgré tout, j'appelais Guillaumet à l'aide, lui qui avait échappé aux Andes.
Il m'a fallu une éternité pour ouvrir la voiture, une autre pour atteindre la gourde, une autre pour me ravitailler.
Par cette gifle magistrale, bien méritée, les Pyrénées m'ont remis les pieds sur terre.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 02 Oct 2020 11:17 
En ligne
Montagnard (e)
Montagnard (e)

Inscription: 22 Sep 2020 12:09
Messages: 60
Après l'amour, l'admiration, voici l'amitié comme tremplin d'erreurs:

Ils venaient de loin pour une sortie en montagne et devaient repartir aussitôt par obligation familiale. Excellents skieurs et bons marcheurs, mais je n'en savais pas plus sur leur niveau. Très retardés sur la route, ils arrivaient trop tard pour réaliser le circuit projeté: Accous-Col d'Izeye - Retour par le Bergout. Comme ils mouraient d'envie de gravir le pic Bergon, je change de sac à la hâte, prend la corde de 40 mètres, et même les crampons à glace au cas où il faudrait assurer la descente par le raide couloir herbeux de la montée. Ils sont bien habillés, bien chaussés et j'ai effectué cette course deux fois auparavant. Il n'y a pas de temps à perdre car la nuit tombe vite en Novembre, mais c'est faisable d'autant que la fin du retour emprunte une piste forestière.
Le franchissement du couloir herbeux s'effectue sans problème, corde molle. Les relais se succèdent normalement et nous débouchons sur la crête, avec une marge de temps suffisante pour atteindre le sommet, traverser et quitter le pic par la cheminée rocheuse, peu difficile mais dangereuse par ses éboulis. La suite démontra que non.
La compagne de notre ami, soudain n'avance plus, terrorisée par le ravin versant Accous. Je l'encorde très court et lui cache le vide en traversant sous la crête. Nous avançons ainsi lentement, multipliant les haltes pour prévenir l'épuisement nerveux... et la nuit nous rattrape en haut de la cheminée de sortie.
Là, je découvre ma faute lourde en constatant que la lampe frontale est restée dans l'autre sac, celui préparé pour la randonnée initialement prévue. Nous voilà condamnés à bivouaquer sans matériel de bivouac car la descente dans ces conditions serait périlleuse.
Le froid commence son travail de sape, nous gagne, nous transperce. Mes amis se rebellent, veulent coûte que coûte quitter cet endroit où ils craignent de mourir. Ils veulent descendre, commencent à se décorder, m'obligeant à m'interposer fermement puis à m'installer de manière à bloquer le passage. Je les exhorte à endurer le froid pour parer à l'accident. Nous mettons nos mouchoirs dans la bouche pour ne plus entendre les claquements de dents.
Inutile d'ajouter que nous n'avons pas manqué l'aube pour descendre !

Il ne s'agit pas ici d'autoflagellation, mais d'illustration. Un lien pour situer https://www.visugpx.com/EyYmse2xes


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 02 Oct 2020 12:01 
En ligne
Alpiniste
Alpiniste

Inscription: 03 Juin 2020 11:49
Messages: 115
Bourdon a écrit:
le circuit projeté: Accous-Col d'Izeye - Retour par le Bergout.
Inutile d'ajouter que nous n'avons pas manqué l'aube pour descendre !
Bonjour Bourdon,
Pour la lampe on peut aussi l'avoir avec soi mais avec des piles HS!
La nuit a dû être très longue surtout en novembre...
J'ai déjà fait ce circuit dans l'autre sens en rajoutant la Marère mais c'était sans la neige! (Accous, Bergout, Bergon, Marère, Iseye)
:hello: Gilles


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 02 Oct 2020 13:20 
En ligne
Montagnard (e)
Montagnard (e)

Inscription: 22 Sep 2020 12:09
Messages: 60
Gilles-33 a écrit:
Bonjour Bourdon,
Pour la lampe on peut aussi l'avoir avec soi mais avec des piles HS!
La nuit a dû être très longue surtout en novembre...
J'ai déjà fait ce circuit dans l'autre sens en rajoutant la Marère mais c'était sans la neige! (Accous, Bergout, Bergon, Marère, Iseye)
:hello: Gilles

Bonjour Gilles-33,
Merci pour la précision, qui peut servir aussi d'utile piqure de rappel pour les utilisateurs de gps, de téléphone portable...
Sûr qu'en Novembre la nuit fut longue et dure surtout pour mes amis expérimentant malgré eux leur premier bivouac... mais ce n'était quand même pas une hivernale !
Ces montagnes d'Accous valent la visite, pas seulement pour admirer le Pic du Midi d'Ossau.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 02 Oct 2020 13:23 
En ligne
Montagnard (e)
Montagnard (e)

Inscription: 22 Sep 2020 12:09
Messages: 60
L’erreur, outil de navigation

En montagne, sans GPS, la navigation hors sentier sur terrain inconnu, dans un brouillard épais, constitue une épreuve ardue, exposant à de dangereuses erreurs d’itinéraire.
En l’absence de visibilité, la carte et la boussole sont de peu de secours pour assurer la progression.
Pour, par exemple, descendre de la Hautza dans les fougeraies truffées de pierres et trouver le col d’Itchauz au Pays Basque, ou rejoindre la cabane de la Hilette depuis le col de Crusous en Ariège dans un brouillard à couper au couteau, il vaut mieux, me semble t’il, ne pas s’obstiner à vouloir suivre un cap précis, mais en s’aidant de l’altimètre réglé, utiliser l’erreur systématique. Moins de risque de s’égarer et de s’épuiser en vain.
Autre façon d’utiliser l’erreur !


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 02 Oct 2020 13:41 
En ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Jan 2009 22:01
Messages: 1320
Localisation: Toulouse
Bourdon a écrit:
En montagne, sans GPS, la navigation hors sentier sur terrain inconnu, dans un brouillard épais, constitue une épreuve ardue,
Tu serais pas copain avec Mariano, toi ? :mrgreen:

Bourdon a écrit:
Ces montagnes d'Accous valent la visite, pas seulement pour admirer le Pic du Midi d'Ossau.
Vanter les beautés de la vallée d'Aspe pour lorgner ensuite sur l'emblème de la vallée d'Ossau, tu vas pas te faire des amis dans le secteur...
Blague à part, pour y être revenu (à Ansabère) cet été, cette vallée d'Aspe a beaucoup de caractère, et donc de sommets, même de faible altitude, de caractère (comme le Bergon)


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 02 Oct 2020 14:25 
En ligne
Montagnard (e)
Montagnard (e)

Inscription: 22 Sep 2020 12:09
Messages: 60
néthou a écrit:
Tu serais pas copain avec Mariano, toi ? :mrgreen:

Je ne suis pas utilisateur de GPS, et de Mariano, je ne connais hélas que le magnifique site (grâce à Jean Robert). Il m'aurait appris à photographier. Mais, les images postées par Medinenko, m'ont appris qu'une photo de brouillard pouvait être documentaire et suggestive.

néthou a écrit:
Vanter les beautés de la vallée d'Aspe pour lorgner ensuite sur l'emblème de la vallée d'Ossau, tu vas pas te faire des amis dans le secteur...

J'aurais dû laisser un point d'exclamation en fin de phrase, car c'est un Aspois qui m'a présenté sa vallée et qui a guidé mes premiers pas dans les Pyrénées.
Accous - Ronglet - Pic d'Isabe - Pic de Cesques - Etsaut - Accous en voilà une autre belle !


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 02 Oct 2020 14:55 
En ligne
Montagnard (e)
Montagnard (e)

Inscription: 22 Sep 2020 12:09
Messages: 60
Avant de connaître et d'adopter la méthode de l'erreur systématique pour naviguer en montagne, hors sentier et par épais brouillard, voici le résultat de la méthode pifométrique... avec nez bouché.
" Au sommet de la Tusse de Montarqué, je m'installe pour casser la croûte. Quelques centaines de mètres au dessous de moi, le refuge du Portillon se repose au soleil. La vie est belle, mais un front de brume venant de la vallée d'Astau s'approche. J'écourte ma halte. Trop tard ! La purée a tout envahi. Le refuge a disparu. Le froid remplace la morsure du soleil.
La descente à l'aveuglette de la Tusse de Montarqué s'avère compliquée. Je m'embarque dans des pentes très raides qui m'obligent à me servir de mes mains. A cinq mètres de moi, fantomatique, une silhouette apparaît, soufflant puissamment. Nous nous regardons un instant, et, reconnaissant un bipède, l'isard disparaît au galop. Un souvenir de plus !
Les difficultés pour descendre s'aggravent. Les mains s'agrippent de plus en plus souvent. Soudain, un sentier empierré naît sous mes souliers. Ce doit être celui qui mène au refuge. Au bout de quelques centaines de mètres, une descente rapide m'avertit que je ne suis pas dans le bon sens. Soulagé quand même d'avoir un repère solide, je retourne sur mes pas, gonflé d'espoir. Mais le sentier me trahit et m'abandonne dans un chaos de rochers. Des caïrns hésitants m'attirent à droite: Je les suis un moment avant de me rendre compte qu'ils me proposent de remonter à la Tusse de Montarqué. Nouveau retour en arrière. Le sentier dallé m'entraîne sur un autre tronçon qui, hélas, débouche sur une prise d'eau du lac du Portillon. Ainsi, les minutes, les heures passent à tourner en rond autour de ce refuge qui se cache. Un baraquement détruit me fait même douter de son existence. Des rochers de quelques mètres de haut paraissent de redoutables murailles, de petits névés ressemblent à l'amorce d'un glacier, une flaque d'eau fait croire à un lac. Le refuge apparaît, partout, à droite, à gauche, devant, derrière...nulle part. L'obstination désespérée me conduit à l'épuisement.
Brusquement, un bruit proche de porte me mobilise tout entier. D'un clin d'oreille, j'ai repéré la direction. Trente mètres après, le refuge tant convoité naît de la brume.
Je dois avoir quelque chose d'halluciné dans le regard et dans la voix puisque deux montagnards, sans rien dire, me font chauffer un potage." 


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 03 Oct 2020 08:26 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 12 Juin 2006 11:21
Messages: 4707
Localisation: TOULOUSE
:hello: :hello:

les images impressionnantes de la vidéo de sébastien quand ils ont fait en hivernale les crêtes forts raides de la Munia... :|
me fournissent un thème...

sur un endroit beaucoup plus tranquille....mais...

On était partis faire en neige la grande classique luchonnaise le pic de Bacanère....
facile...et assez rapide d'accès...donc...on décide de continuer un peu par du un tout petit peu moins facile...
on va au pic Burat...par sa crête en faisant attention au versant raide et à ses corniches...

Joie du sommet ;) on redescend en papotant...conservation animée...du coup on est très proches...
soudain mon ange gardien décide d'allumer dans mon cerveau la lampe rouge du SOS d'urgence...
je m'immobilise dans la seconde tellement brutalement que je manque d'être percuté par l'arrière...et poussé en avant....
à un petit mètre devant moi....
ce que mon oeil distrait prenait pour la trace....
ce n'est pas la trace.... :nono:
c'est la ligne de rupture de la corniche :ghee:
on était partis pour le grand saut....au moins un....peut être deux...

sans piper le moindre mot....on a fait demi-tour en se faisant léger...mais léger....

moralité....rester concentré.....TOUJOURS concentré...
:hello: :hello:


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 03 Oct 2020 10:55 
En ligne
Montagnard (e)
Montagnard (e)

Inscription: 22 Sep 2020 12:09
Messages: 60
dinosaure a écrit:
:hello: :hello:
moralité....rester concentré.....TOUJOURS concentré...
:hello: :hello:

(NB: Néophyte en matière de réseaux sociaux, je me plie à la règle du tutoiement, vécue comme une familiarité prématurée, mais pouvant, et c'est le cas, exprimer une réelle fraternité.)
Bonjour dinosaure,
Il me semble que sans ton témoignage, où l'on sent le poids du vécu, ta recommandation n'aurait pas cette force de conviction. Qu'en pensent les centaines de visiteurs ?
La vie est trop précieuse pour la laisser dépérir dans une mortelle routine quotidienne, mais elle est trop fragile pour l'exposer sans précautions.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 03 Oct 2020 10:59 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Oct 2017 10:30
Messages: 1127
Localisation: Saint-Pée-sur -Nivelle (64)
dinosaure a écrit:
moralité....rester concentré.....TOUJOURS concentré...
:hello: :hello:


Absolument, c'est d'ailleurs souvent en descente, le cœur léger et l'esprit apaisé qu'on fait des erreurs...

Exemple pour ma part, en redescendant du Soum de Nère, pas de souci à la montée, purée au sommet mais passons, je redescends tranquille mais assez vite car des impératifs au retour.
Je repasse sur la crête d'Aulian qui ne comporte aucune difficulté, et les nuages se lèvent, je marche donc en regardant partout autour car c'est très beau, et zoup, la glissade sur une racine que je n'ai pas vu (bah oui à regarder la vallée), fesses par terre et les deux jambes dans le vide côté Coume de Port. Je me relève vite en me rendant compte que c'est passé près. Pas de conséquence mais à quelques cm près je dévalais 150m plus bas, alors que j'ai fait des portions tellement plus techniques....
Donc en effet, vigilance constante, c'est si vite arrivé!

_________________
http://randopyrenees.blogspot.fr/


Haut
 Profil Site Internet 
 
MessagePosté: 03 Oct 2020 17:16 
Hors ligne
Promeneur (neuse)
Promeneur (neuse)
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Sep 2020 09:49
Messages: 5
Fin de journée sur la HRP, nous venons de la vallée d'Estos et cherchons le col des Molières, beaucoup de vent et de brouillard, nous suivons les cairns, remontons les belles dalles caractéristiques du coin. Nous arrivons sur une crête, toujours pas de visibilité. Nous imaginons que c'est celle reliant le col et le sommet, le premier à gauche, le second à droite.

Beaucoup de vent, il se fait tard mais la fougue de la jeunesse me fait insister pour partir à droite, faire le sommet. Le copain, plus raisonné, veut d'abord voir la tête de la descente. J'insiste, il ne cède pas, vu la météo, je me range à son avis. Nous partons à gauche.

A la boussole, l'orientation de la crête ne correspond pas à ce qu'elle devrait sur la carte, pfff, détail, ça se remettra d'aplomb plus loin. Tient, ça monte, bizarre pour aller vers un col. Toujours pas de visi, battus par le vent, seul compte d'avancer, quitter cette crête.

Sur un replat, coup d'oeil à l'altimètre, 3010m. Euuhh Fred ?! Je crois qu'on est au sommet du pic là ! :|

Je suis content, le copain un peu moins, on se dirige maintenant vers le col en cherchant le passage pour basculer dans le vall de Molieres, tout est abrupte, rien d'engageant, nous continuons. La suite racontée par Fred:

"21h00, nous avons beaucoup descendu le long de la crête et trouvons un passage. Mais merde c’est pas la bonne vallée là, c’est trop au Nord! Nous ressortons une énième fois la carte sans comprendre où nous sommes. On en chie, on est paumé, nous décidons de remonter pour se rapprocher du sommet et trouver une sortie, et là pendant 1 minute le brouillard se lève sur cette lumière extraordinaire. Moment magique.
Image
Il va bientôt faire nuit, il neigeote, le vent souffle, on y voit rien dans ce foutu brouillard et nous sommes sur une crête. Décision est prise, il faut descendre. Cap à l’Est, nous descendons tant bien que mal à 15/20 mètres l’un de l’autre. Belle désescalade au programme. Nous apercevons un lac, yes! Arrivés à son pied, le brouillard se lève quelques secondes. Ça monte sec devant, à gauche et à droite. Regards ahuris… Nous sommes descendus comme des brutes dans un cratère. Un p*tain de cratère de merde avec un lac qui n’a rien à voir avec celui de la carte. Un pauvre cratère dont il va falloir sortir. 22h15, nous poussons quelques cailloux de quoi monter le tipi de Seb. De toute façon on est crevés, impossible de réfléchir. On verra bien demain, rideau!"

Le lendemain, c'est tout autant folklorique, ce n'est qu'en fin de matinée que nous comprenons que nous sommes dans la vallée Sarrat de Gerbosa, celle au nord de là où nous devrions être. Surement la vallée la plus sauvage de notre traversée. Au fond est indiqué mine de Toro donc il y a surement dû y avoir de l'activité mais aujourd'hui elle semble complètement délaissée.

Bref, beau ramassis d'erreur avec la combinaison magique fatigue et, comme évoqué par Bourdon, la mauvaise visibilité. Il m'en a fallut encore quelques-unes comme celle-là pour qu'enfin, quand je remets en cause la véracité de la carte, une petite lumière s'allume disant "non, la carte va bien, c'est toi qui déraille" ::d


Haut
 Profil Site Internet 
 
MessagePosté: 03 Oct 2020 19:53 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 12 Juin 2006 11:21
Messages: 4707
Localisation: TOULOUSE
jeanjacques a écrit:
.. sur la HRP, nous .... cherchons le col des Molières, beaucoup de vent et de brouillard, nous suivons les cairns, remontons les belles dalles caractéristiques du coin.


:hello: :hello:
au final vous ne vous en êtes pas trop mal sorti...le coin est piégeux...

nous avons eu les mêmes conditions...
mais n'avons pas fini tout à fait pareil...
on est remonté droit ratant les cairns qui font partir à gauche...
on a donc fini au col entre le pic des salenques et le pic des Molieres...
c'est un grand col assez plat mais avec un versant raide dessous...
comme on connaissait quand même un peu l'autre on a vite compris où l'on était !

je tiens à préciser pour tout ceux qui feraient la même erreur...
que ce col ne se descend pas dans le versant sud
pour avoir voulu le faire un randonneur HRP qui s'était trompé de col... est mort... :pleur4:

on a corrigé le tir en montant par la crête assez large au début au pic des molières et en le traversant on a ainsi retrouvé le bon col (coret de molieres) qui est donc sur une crête un peu accidentée..c'est d'ailleurs presque plus une brèche...
on était deux et si moi j'étais venu là il y a fort longtemps c'était tout frais pour l'autre on a donc pas eu de mal à descendre dans le val de molieres...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 03 Oct 2020 21:25 
Hors ligne
Promeneur (neuse)
Promeneur (neuse)
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Sep 2020 09:49
Messages: 5
Merci pour les infos ;)
Perso je suis retourné dans ce coin qu'une seule fois, pour un weekend sympa* mais nous aurions pu l'améliorer encore en y ajoutant justement le Pic des Molieres, cela aurait fait une traversée grandiose.
*Départ d'Artigue de Lin le vendredi soir, bivouac à l'Estaneh des Puis, passage du col sous le Tuc de Barrancs, arête Salenques Tempetes, bivouac à l'épaule d'Aneto, puis crête Coronas Maudit et Maladeta pour finir avant de rentrer à Artigues par le col de Toro.


Haut
 Profil Site Internet 
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 47 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante




Articles en relation avec le sujet
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Coquilles et grosses erreurs de presse...

Robert

2

2582

12 Mar 2008 19:07

Robert Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Apprendre noeuds et manips de cordes

Ytterbium

10

2613

21 Juin 2011 16:42

eyra Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Wikipedia et la toponymie des Pyrénées - Erreurs et Horreurs

Gérard

3

2073

21 Juin 2012 16:16

Gérard Voir le dernier message



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 18 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à: