Nous sommes le 19 Aoû 2017 12:19




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 67 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 28 Juil 2016 12:38 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Jan 2011 14:09
Messages: 6459
Localisation: Saillagouse
Ah non pas comme Tarlack, je ne me perds pas moi ! :mrgreen:

Ps quelques CRs en prevision car j'ai expérimenté quelques nouveaux terrains de jeu !

Bon bivouac

_________________
http://www.rando-marco.fr


Haut
 Profil Site Internet 
 
MessagePosté: 28 Juil 2016 13:31 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 17 Déc 2013 09:28
Messages: 1097
Oh, le diffameur ! Je ne me souviens pas m'être déjà perdu, c'est à peine si une fois, en hommage à dédé et pour ne pas faire comme tout le monde, on a pas visité le bon coin, mais perdu, jamais ! :mrgreen:

Mehdi : merci ! :)


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Juil 2016 14:24 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Jan 2011 14:09
Messages: 6459
Localisation: Saillagouse
Et en plus il perd la mémoire !

_________________
http://www.rando-marco.fr


Haut
 Profil Site Internet 
 
MessagePosté: 28 Juil 2016 15:31 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 17 Déc 2013 09:28
Messages: 1097
Après vérifications je confirme, tu médis ! mais bon, je ne peux pas t'en vouloir...il faut accompagner nos anciens dans la dignité, même s'ils déraillent un peu de temps en temps :mrgreen:

et vivement le prochain poste de Mehdi, qui non seulement ne médit, lui, mais dit bien des choses intéressantes, lui ! :mrgreen:


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Juil 2016 20:12 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 24 Avr 2011 09:33
Messages: 391
Localisation: Tyrosse
Un vrai plaisir de lire ton récit :super:

avec les photos pour illustrer ces jolis paysages avec pleins de verts différents ;-)


Et un petit dicton à méditer : Le beau temps est celui qui ne dure pas


Belle balade du côté du Carlit et de ses beaux lacs ...

:hello:

_________________
Pourquoi le fait de ressentir dans nos jambes la distance parcourue nous procure un bonheur aussi intense ?


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Juil 2016 06:33 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Déc 2011 15:37
Messages: 935
Localisation: Pyrénées
:hello: :hello: Mehdi :hello: :hello:

La suite, la suite ! :)


Haut
 Profil Site Internet 
 
MessagePosté: 29 Juil 2016 14:16 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Déc 2011 10:49
Messages: 748
Localisation: Carcassonne/Le Soler
zorey a écrit:
La suite, la suite ! :)


Oui Mehdi la suite ! ;)

_________________
Ludovic
^___^
(='o'=)
(| . |)
(")/ \(")
http://randoludo.blog4ever.com
http://matraversee.blog4ever.com


Haut
 Profil Site Internet 
 
MessagePosté: 29 Juil 2016 15:22 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 29 Avr 2014 19:33
Messages: 541
La suite... si toutes les bosses jusqu'à Belagua, ça va finir tard! :-/ surtout en passant pas les Bouillouses :mrgreen:

_________________
« Choisissez une étoile, ne la quittez pas des yeux. Elle vous fera avancer loin, sans fatigue et sans peine. »
Alexandra David-Néel


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Juil 2016 22:24 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 07 Sep 2013 12:49
Messages: 1040
Localisation: Vinça (66)
Merci à tous pour vos messages !!
Je suis rentré d’un très chouette bivouac à l’estany negre (Bouillouses) avec les schtroumphs, belle nuit après 10 parties de cache-cache dans la soirée, le petit bémol est l’interdiction de faire un feu (droit que certains s’octroient quand même étant donné certaines traces).
Boucle des 9 étangs le lendemain. J’ai testé un concept innovant pendant ¼ h : sac à dos de 13 kg + enfant de 4 ans et demi de 17 kg sur les épaules…
Un bon sac de ciment à porter, c’est particulier en rando…

LukeSmith a écrit:
si toutes les bosses jusqu'à Belagua, ça va finir tard!
C’est exactement ça :mrgreen: dès qu’un mamelon est coté sur la carte, faut que j’aille l’inspecter :)

J6 : vendredi 15 juillet 2016
Distance : 29 km D+ : 2200 m D- : 1790 m

Je me réveille à 7 h 15. J’ai été réveillé plusieurs fois dans la nuit par le ballet des 2 chiens avec leurs griffes sur le parquet. Ce n’est pas bien grave, j’ai quand même bien récupéré.
La nuit a été fraîche d’après les agenais : 8°C. Le couple est très sympa et découvre ce coin, tout comme moi. Je leur propose comme balade le pic d’Orhy en se garant au port de Larrau et leur dit qu’on se verra peut être au sommet.
Prêt à 8 h, je grimpe vers l'Est sur des pistes
Image

puis des sentiers en suivant à la boussole à peu près l'azimut, mon bout de carte ne commençant qu’au col Sensibilé. Je vise donc le pic d’Orhy ce matin en partant de 1000 m d’altitude, ce qui me fera un dénivelé de 1000 m, pas mal comme mise en jambes.
Je n’arrête pas de remonter mon short qui a un élastique mais pas de nœud : aurais-je perdu quelques kg depuis 5 jours ? (la balance dira que j’en ai perdu 2 après les 8 jours).

Après 500 m de D+, j'arrive sur le petit sommet de Sardeka
Image

Regard au Nord avec le chalet Pédro
Image

Et en arrière avec le col d’Oraaté et la route
Image

Vers l’Est, je vois de magnifiques crêtes au fond, peut être le secteur Anie. Un petit bout de sommet émerge au-dessus du petit pic Pelluségagne : serait-ce enfin l’Orhy, le premier 2000 m depuis l’Atlantique ?
Image

Le temps est magnifique !! Ca y est, enfin !!!! Je vais m’en mettre plein les mirettes.
Mais, à peine ai-je dépassé du bout de mon nez le sommet du Pelluségagne, que je prends pleine poire un vent énorme venant du Nord-Est. Mes lunettes voltigent, je cours après avec énergie pour les rattraper immédiatement, car j’en ai déjà perdu comme ça au Canigou. Les montures en titane, c’est bien mais c’est léger. Elles finissent dans la poche du short.
Le vent soufflera très fort toute la matinée mais cela n’enlèvera rien à ma joie de retrouver le soleil !
Apparaît enfin le majestueux pic d'Orhy
Image

C’est un très beau sommet, le pentu vert est remarquable.
Mes yeux pétillent malgré le vent (et la myopie ) : enfin du visuel ! Et quel visuel !
Image

Je bifurque à droite pour grimper et redescendre la crête de Milligaté jusqu'au col de Tharta.
Image

Image

La petite crête du Bizkarzé au Sud
Image

Les palombières de Milligaté
Image

Image

Au col de Tharta commence la montée au Pic d'Orhy, et quelle montée : pas un répit à gauche ou à droite, c'est tout droit dans la pente et en avant guingamp !
Image

Très peu de monde dans cette montée. Le vent a dû en décourager certains.
Regard en arrière sur le Bizkarzé
Image

J’arrive aux abords de la crête du Zazpigain
Image

que j‘évite par le côté français : je ne suis pas doué en escalade et il y a un vent de folie
Image

Le reste à monter
Image

Je vois derrière moi un randonneur monter super vite avec son camelbak et fondre sur moi.
Diantre, j’arriverai avant lui au sommet ! me dis-je. J’accélère bien la cadence et il s’en rend compte.
Il accélère encore lui aussi et on arrive ensemble au sommet : on se marre ensemble de notre connerie!
On discute deux minutes et il repart en courant.
La vue est sympathique avec ces petits nuages portés par le vent
Image

Image

Mon regard se perd à l'Ouest en constatant le chemin parcouru depuis Hendaye (150 km déjà).
Image

Vue au Sud vers l’Espagne
Image

Je descends sur l' Orhy Chipia
Vue sur l’Orhy
Image

et vers le col de Larrau
Image

Les personnes que je vois au col de Larrau seront les dernières de la journée : je ne croiserai ou rattraperai personne jusqu’à Bélagua.
Zorey, la hrp à contre-courant n’est pas encore très médiatique :/

Je suis ensuite les palombières à l'Est : Axurterrigagna
Image

l'Otsogorrigagna et le Chardekagagna ont la tête dans les nuages tout au fond. Bigre, je ne suis pas arrivé…
Image

Le col de Betzula
Image

Ensuite, c’est donc le Betzüla, puis le Gaztarrigagna
Image

et l'Otsogorrixipia, où je mange à 15 h un succulent lyo poulet-semoule.
C’est incroyable comme ces trucs sont immangeables à la maison et délicieux quand on est affamé et esseulé sur une crête venteuse.
C’est très joli avec cette tempête de ciel bleu
Image

Image

EDIT: je crois bien qu'on voit un petit bout du Midi d'Ossau au fond au milieu de la photo
Image

Le grand frère, le Gagna, reste le nez dans le brouillard
Image

Pas grave, je vais jusqu’au bout maintenant que j’y suis
Image

Image

Je vois que ça passe à l’Est mais je redescends tranquillement en suivant le crête Nord-Ouest pour ménager mon ampoule qui me fatigue
Image

jusqu'à un petit passage facile qui me permet de reprendre mon chemin vers l'Est
Image

et d'atteindre le col d'Uthürurdineta. La crête Chardekagagna me donne bien envie mais il est tard et il reste du chemin jusque Bélagua. Je reviendrai bien un jour pour la suivre jusqu’au Lakhoura.
Image

Apparemment ça avait l’air de passer plein Nord à partir du sommet de l’ Otsogorrigagna jusqu’au col
Image

L’Orhy est bien loin déjà
Image

Je suis la hrp à flanc jusqu'aux bornes 249 et 250
Image

Image

l’ Otsogorrigagna est plus joli vu de l’Est
Image


J’évite le sommet du Lakartxela par le Nord en suivant l’illogique frontière qui ne suit pas la crête
Image

et remonte 100 m de D+ le long d'une clôture
Image

puis entame la longue descente jusqu'à Bélagua en marchant en crabe avec cette fichue ampoule.
Faut quand même être crétin pour ne pas avoir pensé à emmener ne serait-ce qu’un malheureux Compeed
Image

Bon, la descente se fait quand même bien avec de tels paysages, que je découvre sans savoir qui est quoi : je vois des pic d’Anie partout !
Image

Regard en arrière sur le col passé
Image

Du côté du pic Sacro, les 2 petites barres au milieu de la photo me font penser à Raider, la barre chocolatée. Je devais avoir bien faim à ce moment-là…
Image

Je refais le plein à un ruisseau 1 km environ avant la route.
Image

L’ombre est grande, il est 21 h, il est grand temps d’arriver
Image

Je traverse la Nationale et arrive enfin au refuge abandonné où je cherche immédiatement une place abritée du vent où planter la tente.
Image

A ce moment, un randonneur espagnol m'invite à rentrer dans une aile du refuge (partie hiver?)
Image

où je découvre une grande salle avec une multitude de couchettes et un poêle à bois. Le grand luxe !
OK pour une nuit réparatrice et confortable à l'abri du vent furieux. Je discute toute la soirée avec Santi, 35 ans, instituteur à quelques km de Madrid, passionné des Pyrénées et de sports de montagne en tous genres, qu'il peut pratiquer dans le massif (sierra de Guadarrama?) à quelques encablures de la capitale espagnole. Il est très ouvert sur tous les sujets et maîtrise l'anglais et le catalan, contrairement à moi où je baragouine maladroitement des morceaux de phrases mélangeant espagnol, anglais et français : une catastrophe !! La fatigue n’arrange pas les choses mais Santi est très patient et le courant passe très vite entre deux amoureux des Pyrénées. Un type extra que je vais côtoyer plusieurs fois les 2 jours suivants et à qui je vante la richesse du site Pteam. Et en plus, lui a des Compeed et il m’en donne un : soulagement immédiat !
Santi, si tu me lis, j'espère de tout cœur que tu réussiras ta traversée et surtout qu'on pourra se voir au sommet du Canigou quand tu y arriveras à la mi-août.
Je m’affale sur un matelas vers 23 h 30 et m’endors instantanément.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Juil 2016 10:40 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Aoû 2006 19:04
Messages: 3211
Localisation: 64
Bonjour Medinenko;
Quel bonheur de voir ces images, la Haute-Soule et de Roncal réunis, le top; et avec le beau temps! :happy1:
La PTeam occidentale canal historique doit se lécher les babines....
Sur la dernière photo prise depuis le refuge de Belagua, c'est bien l'Anie et à droite Anialarra, moins connu mais aussi désertique
Sinon le piton en mode "Raider" est le "Gendarme" de la Kartxela.
Quelques infos sur la crête Keleta-Kartxela si ça te tente un jour sans vent ::d
http://euskalmendiak.blogspot.fr/2010/1 ... txela.html

.....et sur celle de Xardekagaina ou je te souhaite de revenir... également sans vent :happy1:
http://euskalmendiak.blogspot.fr/2012/0 ... oucle.html

Très beau récit en tous cas, il me tarde la suite...

:hello:

_________________
"Zure ezpain sakratuetarik ikasi nuen mintzairan." - Xalbador.


Dernière édition par lagrole le 30 Juil 2016 11:12, édité 2 fois.

Haut
 Profil Site Internet 
 
MessagePosté: 30 Juil 2016 10:47 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Avr 2003 13:51
Messages: 7623
Localisation: Eaunes (Muret)
J'ai rajouté l'info sur la salle ouverte au refuge Belagua, ça intéressera tous les HRP-istes :
refuge de Belagua


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Juil 2016 11:22 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 29 Avr 2014 19:33
Messages: 541
cyril a écrit:
J'ai rajouté l'info sur la salle ouverte au refuge Belagua, ça intéressera tous les HRP-istes :
refuge de Belagua
Je voudrais pas dire de bétise, mais cette partie a été refaite il y a 1 ou 2 ans, et de mémoire il y a une histoire de réservation électronique, donc ptêt un code d'entrée? à vérifier
medinenko a écrit:
Très peu de monde dans cette montée. Le vent a dû en décourager certains.
si personne n'allait sur l'Orhy les jours de vent, y aurait pas grand monde la haut! 4 fois au sommet, 4 fois à la limite de l'équilibre. Je pense que c'est dans le même couloir météo que Boucharo!

_________________
« Choisissez une étoile, ne la quittez pas des yeux. Elle vous fera avancer loin, sans fatigue et sans peine. »
Alexandra David-Néel


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Juil 2016 17:55 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 21 Fév 2009 20:50
Messages: 2183
Localisation: sud landes
Bonjour Mehdi

Comme beaucoup, je reste scotché par ton récit....le ressenti, les images :amen: :amen:

Et aussi, le temps que tu dois passer à le mettre en forme :mrgreen: :mrgreen:
lagrole a écrit:
La PTeam occidentale canal historique doit se lécher les babines....
Pourquoi se priver, hein Peio.

Mehdi au labourd, c'est vert
Mehdi en haute soule, sévère :mdr3:

Dommage vraiment pour cette météo si rare de par chez nous en l'abcence de vieux reptiles :modo: :modo:

Pas dommage pour l'Ohry qui se doit d'être grimpé en conditions normales, avec un vent à décorner les boeufs, sinon, c'est pas homologué :mdr3: :mdr3:

MERCI Mehdi....et bonne route dans les lappiaz de demain :ange: :ange:

:hello: :hello: Eyra

_________________
L'ataraxie en descente ? Trop facile !! A l'instanct, je grimpe.
Yepycure


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Juil 2016 23:55 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 07 Sep 2013 12:49
Messages: 1040
Localisation: Vinça (66)
Lagrole : Merci pour ces précisions et les liens du blog. Cela donne très envie de revenir.
La crête Xardekagaina – Kartxela – Bimbaleta– Lakhoura aura forcément ma visite un jour, ainsi sans doute celle que tu as faite entre Keleta et Kartxela.
J’ai ton site en favoris depuis pas mal de temps mais je n’y vais pas assez souvent.

Cyril et LukeSmith : Cette partie du refuge doit être récente car j’ai lu un paquet de récits de hrp et jamais personne n’en avait fait écho. Je ne sais pas s’il faut une réservation mais la porte était ouverte, je ne suis même pas sûr qu’elle avait une serrure. Un couple arrivé tardivement en voiture est allé dormir à l’étage. J’estime à environ 20 le nombre de matelas au rez-de-chaussée mais je ne suis pas allé voir à l’étage. L’eau arrive au robinet à l’intérieur et la table est immense. C’est vraiment le grand luxe. En tout cas, personne ne nous a demandé quoi que ce soit.

Eyra : Merci beaucoup pour les compliments. Oui, c’est un peu long à mettre en forme mais je n’ai que 8 jours à écrire … en attendant l’année prochaine !
Votre département a un charme incroyable, même avec les caprices de la météo.
Je retiendrai longtemps le vert et le pentu du Labourd et de la Haute Soule, ça c’est sûr !
Et aussi le gris du massif de l’Anie !


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 31 Juil 2016 00:34 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 07 Sep 2013 12:49
Messages: 1040
Localisation: Vinça (66)
J7 : samedi 16 juillet 2016
Distance : 22 km D+ : 1460 m D- : 1280 m

J'ai passé une très bonne nuit et me réveille à 7h30. Santi se réveille peu après et on se remet à discuter en prenant le petit déj. Il rigole quand je lui montre certains de mes objets MUL (brosse à dents, couteau …). Je devine qu'il cherche aussi un peu à l'être avec sa tente légère Tarptent et d'autres objets qui ont allégé son sac à dos qui doit peser aux alentours des 14 kg.
La météo est de très bonne facture, c'est à nouveau une tempête de ciel bleu, sans une once de vent. Il fera même très (trop!!) chaud sur les hauteurs.
Un clin d’œil à Lagrole et à belle crête Keleta-Kartxela. A faire lors d’un autre séjour en Haute-Soule/Roncal.
Image

Je démarre à 8h40 en suivant scrupuleusement les traces du GR, car j'ai déjà lu des topos où certains partaient du refuge trop à l'Est vers la forêt, s'y perdaient et mettaient un temps fou, beaucoup d'énergie et de nervosité pour s'en extirper ensuite.
Il suffit en fait de partir un peu vers le Nord vers la petit muraille que l'on longe ensuite vers l'Est.
Image

Le sentier zigzague sans cesse dans la forêt, où il ne semble n'y avoir qu'un seul passage possible tant celle-ci est dense. Ne surtout pas tester le hors-sentier et se perdre ce matin !!!
Le sentier est … tout droit, attention aux orties
Image

A droite, c’est dense…
Image

et à gauche, c’est touffu…
Image

Après un bon moment dans la forêt, le paysage s’éclaircit et le sentier évite intelligemment toutes les difficultés du terrain et devient très agréable en passant par des clairières herbeuses et rocheuses très pittoresques.
Image

Image

Marcher dans ce décor et avec ce temps est un pur bonheur
Image

Image

Mais comment font les arbres pour pousser sur de la roche ?
Image

Les moutons semblent apprécier l’ombre de cette petite muraille
Image

Je fais une petite pause et Santi me rattrape vers 11 h.
Il a un très bon rythme avec son sac qui pèse plus lourd que le mien.
On discute un peu puis je le laisse partir
Image

Santi au loin
Image

J'arrive à le suivre à distance et le rejoins finalement lorsqu'il fait une pause.
Je suis impressionné par tant de beauté. J’imagine que les occidentaux sont habitués mais on n’a pas de tels endroits dans la partie orientale des Pyrénées.
J’ai déjà fait l’Anie par le Nord il y a bien longtemps (2004) mais je n’avais pas eu une belle météo et je n’avais pas le souvenir de tant de splendeur.
Image

Le col d'Anaye (ou d'Insole) n’est plus très loin, Santi m’immortalise dans ce lieu et on finit la montée ensemble
Image

Arrivé au col, je suis abasourdi. Je mitraille l’endroit tant j’apprécie ces lieux : je suis dans un élément que j'adore, de la roche partout ! J’ai toujours eu une préférence pour le côté minéral de la montagne.
La muraille de l’Anialarra chère à Peio est impressionnante
Image

Image

Image

Santi voulait initialement faire le pic d'Anie, mais il traîne une douleur musculaire à la cuisse depuis quelques jours et se résigne sagement à ne pas y monter
Image

On rencontre des randonneurs qui reviennent justement de l'Anie par l’Anialarra. Ils nous disent que l’accès n’est pas difficile et bien cairné.
Santi va prendre de l'eau aux sources du Marmitou puis grimpe au pic des Trois Rois. On s’est donné RV là-haut.
Je reste de mon côté un long moment à emmagasiner mille images de ce lieu magique. J'inspecte chaque sommet, chaque arête, chaque éminence, quelle beauté !
Le pic des Trois Rois au Sud et le fier pic de Pène Blanque, si je ne me trompe pas, tout à gauche
Image

La première neige que je rencontre depuis Hendaye !
Image

Le soleil est bien présent et même bien pesant, je grille littéralement. Il fait une chaleur terrible.
Je ne sais pas si c’est le soleil qui me fait perdre ma lucidité, mais je vais faire deux grossières erreurs coup sur coup.
D’abord, je décide de ne pas aller chercher d’eau au Marmitou, pensant que j’en aurai assez avec le litre restant : ERREUR !!!!!!!!!
Ensuite, je ne regarde pas la carte et suis bêtement le tracé Rouge et Blanc. Dans ma tête, j’étais convaincu que ce GR contournait quelques mamelons pour remonter tranquillement au col des Ourtets par l’Ouest, passait ensuite entre lePic et la Table et redescendait au Sud du Pic pour retourner à Linza ou à Bélagua au choix.
Que nenni ! C’est après avoir redescendu 150 m de dénivelé que je me rends compte que je fais fausse route sur ce sentier. Je me retrouve à 1870 m d’altitude et je dois grimper à 2446 m...
Par où passer ? Revenir au col d’Anaye ? Non, il doit bien y avoir des cairns qui longent les parois Nord de l’Alto de Ukerdi ou l’Alto de Budegia…
Bah... non, je n’en ai pas trouvé un seul. Finalement, j’ai fait ce trajet là :
Image

Je fais un peu les montagnes russes dans ce désordre de roches : si les lignes de niveau semblent douces, c’est croulant à souhait et cela m’épuise vite, et ma réserve d’eau aussi s'épuise vite !
Image

Je fais baisser un peu la température de mon crâne en mettant de la neige dans mon bob
Image

Mais je suis récompensé au passage d’un petit contrefort où je surplombe un bon paquet d'isards : les premiers depuis Hendaye il me semble. Parfois, je les surprends à 10 m, ils se retrouvent tout bêtes et s'enfuient. D'autres se rafraîchissent sur la grande quantité de névés que je croise. Ils sont peut être surpris de trouver un bipède ici.
Image

La montée se fait de plus en plus dure quand je dois remonter un couloir de petits cailloux croulants qui me font perdre 30 cm de dénivelé à chaque mètre gagné. Le couloir où je suis passé (alors que je pouvais passer à gauche plus tranquillement mais je voulais aller au plus direct)
Image

Image

Je mets beaucoup de temps et le soleil m'assomme littéralement : quelle ironie avec la pluie de jours précédents.
Regard en arrière du haut du petit couloir
Image

Le pic des Trois Rois est encore haut !
Image

J’arrive enfin à quelques centaines de mètres du col de Lhurs, enfin de ce que je crois être le col de Lhurs, car il sera plus loin le bougre
Image

Quel paysage tourmenté !
Image

D’ici, le 3 Rois ressemble à la proue d’un bateau
Image

Ah, je ne suis pas le premier à passer là, à moins que ce soit quelqu'un qui ait balancé ça du sommet
Image

Problème : un immense névé pentu m'empêche l'accès au col de Lhurs. Que faire?
J'essaie de le traverser ou je le remonte jusqu'à son extrémité en amont en espérant que ça passe le long de la paroi Sud du pic des 3 Rois ?
Pas le temps de réfléchir car, à ce moment-là, un immense pont de neige s'écroule avec fracas de plusieurs mètres dans un trou béant sous l'effet de la chaleur.
Image

Image

Ok, je monte tout en haut !
Je tombe par hasard sur l’ancienne croix du sommet de la Table des 3 Rois
Image

Image

J’arrive enfin en haut du névé
Image

Je trouve l'entrée d'une cheminée qui doit mener au sommet du pic des 3 Rois
Image

mais ça passe entre le névé et la paroi vers la gauche et j'arrive enfin au gros cairn quelques mètres au-dessus du col entre les deux sommets des 3 Rois.
Image

Et là, bain de foule, wouf, ça fait bizarre.
J’attends un peu que tout ce petit monde parte en mitraillant car je veux revenir avec ce que je suis venu chercher : le plein d’images !
J’essaie de nommer ce que je vois (l’élève attend la correction des professeurs occidentaux):
Le pic d’Anie
Image

Le pic de Lhurs
Image

Le Billare
Image

Secteur d’Isabe
Image

Le lac de Lhurs
Image

La Table des 3 Rois
Image

Le Jean-Pierre
Image

Le vallon d’Ansabère
Image

Les aiguilles
Image

Le pic d’Ansabère
Image

C’est beau aussi au lointain
Image

Je commence à avoir très soif mais je garde mes derniers 20 cl pour mon repas.
Je monte au Pic des 3 Rois. Non, pas par là
Image

mais par là
Image

Je déguste mes nouilles chinoises à 16 h au château en discutant avec Santi que j'ai retrouvé là-haut
Image

Santi veut tout comme moi faire le pic d’Ansabère (appelé Pico Petrechema sur la carte espagnole).
Mais j’hésite un peu car je n’ai plus une goutte d’eau et je n’ose lui en demander car je sais qu’il lui en reste peu.
Je pourrais aller aux cabanes d’Ansabère beaucoup plus rapidement en passant par le col d’Esqueste et les cabanes de Pédain.
J’inspecte le relief au Sud : c’est très tourmenté et sec par le Mouscaté mais c’est bien vert à l’Ouest du côté du sentier allant à Linza. Doit bien y avoir quelque chose qui coule pour refaire le plein. Allons-y.
Je n’oublie pas d’aller rapidement fouler la Table des 3 Rois et je retourne vers Linza
Image

A vol d’oiseau, le pic d’Ansabère n’est pas loin…
Image

J’accélère le pas, je double bon nombre de randonneurs croisés au sommet du Pic, et je pense bientôt voir Santi qui doit avoir quelques minutes d’avance, quand j'entends soudain « Mehdi ! » : c'est Nicolas (?), que j'ai perdu de vue depuis Orgambidé.
Il est en train d'essayer de remplir sa gourde de neige sur un névé sur la gauche du sentier.
Il a eu le programme suivant: il a dormi au sommet d'Okabé, a fait le pic d'Orhy dans le vent, a dormi à Ardané, est passé par Bélagua puis au Nord de Linza. Il va au col d'Esqueste, et compte dormir comme moi aux cabanes d'Ansabère. Il a décidé de marcher seul car Julien semblait vouloir aller moins vite.
Je remplis ma Platypus de neige en discutant un bon ¼ h avec lui et je repars dans le sens opposé au sien. La neige fondant lentement me permet de boire une gorgée d'eau toutes les 5 minutes pendant une bonne heure au moins.
Je quitte le sentier balisé en voyant un cairn sur une éminence à gauche et à ma stupeur, je constate que le pic d'Ansabère est encore très loin et surtout qu'il y a des nombreux vallonnements qui me séparent de sa base : que de montées et descentes épuisantes sous le cagnard …
Image

Image

Je décide de retrouver le chemin balisé de Linza à l'Ouest qui contourne tous ces petits vallons. C'est plus long mais bien plus régulier et moins fatigant.
Image

Salut les marmottes !
Image

Je n'ai plus d'eau du tout, ma gorge est très sèche maintenant.
Je vois un abreuvoir mais l’eau stagnante est infestée d’insectes et le ruisseau qui l’alimente est un micro filet d’eau imbuvable.
Je vois maintenant le col d’Ansabère à droite du pic
Image

Image

Je sens que mes forces s'amenuisent. J'arrive difficilement à ce que je crois être le col d'Ansabère ( col 2078) mais que nenni, il reste bien une bonne demi-heure pour arrive au bon col au Nord.
J'ai abandonné depuis longtemps l'idée de monter au pic d'Ansabère, je le zieute quand même et j'aperçois tout en haut Santi en train de redescendre. J'ai si soif que je n'ai pas le courage de l'attendre et je me dirige très lentement vers le bon col d’Ansabère. Ca fait bien longtemps que je ne m’étais pas senti si faible. Je me suis bien protégé du soleil toute la journée avec le bob, donc ce ne doit pas être une insolation, mais je suis très déshydraté.
J’arrive laborieusement au bon col, le temps m’a paru être une éternité depuis le col 2078
Image

Regard en arrière : le « mauvais » col est à droite du petit pic au centre de la photo
Image

Je me promets de revenir pour le pic d’Ansabère, et le reste autour d’ailleurs
Image

et j'entame les 400 m de D- qui m'attendent
Image

Santi restera finalement bivouaquer au col avec très peu d'eau et il manquera également de gaz lors de son repas. Il devra repartir le lendemain sin désayunar.
Je prends de la neige sur le névé et prends bien le temps de la faire fondre et de la réchauffer dans ma bouche avant de l’avaler. Mais je n’étanche absolument pas ma soif.
Je profite à chaque pas des fantastiques aiguilles d'Ansabère : c'est absolument prodigieux !!
Image

Image

J'arrive bien tardivement aux cabanes où je retrouve Nicolas (?) qui a monté sa tente.
Image

Je bois à la cabane du berger au moins un litre d'eau sans discontinuer tellement je suis assoiffé. Ouf, ça va mieux.
J'installe la tente face aux aiguilles, y a pire comme vue
Image

Je caresse le gentil patou
Image

et inspecte le sentier en amont pour apercevoir Santi (que je ne verrai pas arriver puisqu’il a dormi là-haut).
Je discute longuement en mangeant avec Nicolas(?) sur pas mal de sujets. C'est un urbaniste parisien très intéressant à écouter. Il a effectué pas mal d’excursions dans les Alpes, les Pyrénées et en Corse.
Nous attendons que le berger finisse sa traite pour lui acheter un bon gros morceau de fromage de brebis pas MUL du tout !
Il est excellent mais bien difficile à couper avec mon petit couteau
Image

Avant de me coucher, je discute avec un couple un peu âgé qui dort dans la cabane réservée aux randonneurs. Le monsieur est un trailer qui, tenez-vous bien, a gagné 2 fois la course du Canigou dans les années 80, celle du Montcalm et bien d'autres courses dans les Pyrénées. Waouh !! On discute 20 minutes et c'est enfin l'extinction des feux.
Je suis fourbu, mes jambes me font bien mal ce soir, et je m’hydrate longuement avant de m’endormir.
J’ai souvent l’habitude de dire à mes amis randonneurs qu’on oublie vite la fatigue après une rando et qu’on ne retient que le plaisir mais là, après 2 semaines, j’ai encore un souvenir très vivace de la fatigue et de la soif ressenties lors de cette journée là.


Dernière édition par medinenko le 31 Juil 2016 13:59, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 67 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante




Articles en relation avec le sujet
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. hrp : des Forges d'Abel à Saint-Lary-Soulan

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

medinenko

30

505

19 Aoû 2017 09:28

lagrole Voir le dernier message



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot], Majestic-12 [Bot] et 11 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à: