Nous sommes le 23 Aoû 2019 11:45




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 92 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 7  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 16 Nov 2009 18:53 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 20 Avr 2008 17:13
Messages: 1191
Localisation: Perpignan
Une journée qui commençait bien.
La neige étais présente en abondance, le soleil enfin de retour, pas de vent sauf sur les crêtes. Le regel nocturne avais très bien fait son travail.
Je rejoins Laurence à Mont Louis, départ pour le refuge du Laurenti où nous devions retrouver Néthou.
7h45, nous sommes sur place, la neige entoure le refuge. Un petit déjeuner rapide comme d'habitude. Nous ne voyons pas Néthou arriver (retarder sur la route), alors à huit heures nous décollons tous les deux avec tout notre matos. Départ pour la face Nord du Roc Blanc pour faire le couloir Gous Pegus en AD+ 380m.
Nous longeons la piste en direction du refuge de Bousadus du Bas. Coin charmant avec une cabane en très bon état.
On continu, la traversé de la forêt nous oppose quelque difficultés (nous sommes au fin fond de l'Ariège sur le GR 7, rare sont les personnes qui passe par là). Enfin nous arrivons en vue de la Face Nord, dans la coume Barbouillère. Au passage nous voyons le Tarbésou, nous pensons alors à Elisabeth et son groupe qui sont non loin de nous. Mais notre regard reste surtouts figé sur cette face, immense, s'allongeant vers les nuages. Des doutes commence alors à trotter dans ma tète, je ne sans pas cette journée (ceux qui me connaisse, savent que je doute souvent lors de la grimpe, alors je ni prête aucune attention). Les quantités de neige sont très impressionnantes. Une longue barre rocheuse cour de toute sa longueur cette face. Elle est coupée par de nombreuses cascades de glace qui définissent autant de couloirs.
Mais il est déjà très tard, nous avons mis plus de deux heures pour arriver sur place. Ayant oublié mes raquettes (volontairement) j'avance moins vite que Laurence. Enfin au pied du cône de déjection, la neige est très dure donc elle porte à souhait. A l'aides des topos, nous définissons de loin notre itinéraire, se serra donc le Gous Pegus préalablement cité. Petite pause, on accroche les crampons, le casque sur la tète, on s'encorde. Et on part à l'assaut de notre énième couloir.
La remonté du cône de déjection se fait à un petit rythme. La pente s'accentue rapidement (40-45-50-55 puis 60°). Laurence passe en tète; nous arrivons dans une zone de "rimaye" à près de 70°. Sa passe. Nous sommes tous prés de la cascade de glace qui coule depuis le haut de cette impressionnante barre rocheuse. Je passe en tète. La neige à déjà transformé, sa coule de partout. J'arrive au pied de la cascade, elle est trop fine, impossible de passé par là. Après concertation, pas question de faire demi-tour. Je pars sur la gauche pour rattraper un petit couloir de neige qui nous permettra de rattraper une autre cascade plus haute dans la barre. Je passe en dévers en direction des rocher sur ma gauche. Tranquille, la pente avoisine les 60-65°. Enfin nos premières longueur de la journée. Laurence me rejoint. Elle passe en tète sur une courte longueur; puis à nouveau moi sur une distance réduite également. Nous voyons alors se qui nous attend. A la fin du couloir, un gros bloc coincé entouré de glace. Le passage: un haut ressaut de glace sur sa droite. Laurence passe devant pour finir le couloir de neige. Elle m'assure, je la rejoins. On décide qu'elle passe en tète, je vérifie le relais. Elle part en direction du bloc, pause un friends et s'engage dans la cascade. Elle passe. Il est déjà plus que tard, près de 13H00. Elle pause un relais sur la cascade avec deux broches de 17. Signal lancé je m'engage, je récupère le friends, et me dirige vers le ressaut. Bougre que s'est raide! Un bon 80° tout en glace. Les piolets et crampons mordent à merveilles, un pur régal. Nous en avons rêvés tout l'été de cette glace. J'arrive au relais. Je décide de continuer en tète sur la droite. Mais voila, sa passe pas, trop de dévers.
Je recule et rejoint Laurence au relais. Je lui dis que sa a l'air mieux sur la gauche. Je préfère qu'elle passe en tète, car elle a un pied plus sur que moi. A cet instant, je ne sais pourquoi, son relais ne me plaie pas. Je prends alors deux de mes broches en 15. Elles rentrent comme dans du beurre dans cette glace épaisse. Hop, deux dégaines, une sangle, un demi cab (impossible de mettre mon Ghost de kong car la corde est trempé). Laurence s'engage, elle grimpe bien. Elle pose une première broche et continue. Une seconde broche. Elle est alors à environ 10 m au dessus de moi. Après la pause de la seconde broche, elle arrive sur un léger surplomb avec un bon 90°. Elle détache beaucoup de gros parpaings de glace, je rentre la tète dans les épaules, mon casque prend tous. Elle se trouve à un mètre de la sortie. Elle fixe très bien ses deux piolets, monte un premier pied et l'ancre. Elle se hisse pour monter son second pied.
A partir de la, tout bascule. Toute la partie haute de la cascade se détache. Je lève la tète, je la voie dévissé en ma direction. Tous se passent très vite. Les deux broches qui se trouvaient entre mon relais et Laurence, s'arrachent. Je me recroqueville sur moi même. Laurence me tombe dessus à plaine vitesse. A cet instant je me saisi des deux cordes du relais et de ma vache fixer à mes piolet dans la glace. Elle rebondi sur moi. Je tourne la tète vers la vallée, et je la voie partir dans le vide. Elle disparaît. Tout le mou de la corde qu'il y avait entre elle et moi, s'avale à vitesse grand V. Je hurle alors, sous l'effet du choc, après mon relais pour qu'il ne lâche pas et puis aussi, parce que je ne voulais pas que tout se finisse ici. La corde se tend. J'ouvre les yeux, plus un bruit, plus un souffle de vent. Un calme inimaginable m'entoure. Je ne peu pas me relevé, mon bassin me fait mal, et j'ais une main coincé dans le relais. Je cri en direction de Laurence, que je ne voie plus, sauf cette corde qui part dans le vide, pour savoir comment elle va. Ouf, elle me répond! Elle pendule un peu sur la corde 15m sou moi. Elle me demande du mou pour pouvoir se stabilisé. Avec ma main coincé, j'ais du mal, mais sa passe. Dans sa chute de prés de 25m, elle aura perdu une chaussure qui serra resté accroché à la corde, et un de ces piolets restais tout près de moi. Tout c'est passé très vite, en 2-3 secondes, mais cela semble une éternité sur le moment. Il est environ 13H30. Néthou, me dira par mp, qu'il ce trouver sou la face à se moment, il lui semble avoir entendu crier. C'était bien nous.
Je parle avec elle pour savoir comment elle va, pas si mal finalement. Je me retrouve seul au relais, Laurence plus bas à remettre sa chaussure. Chose faite, je tire un rappel pour la rejoindre. Je vérifié mon relais, où une broche s'est tordu sou l'effet du choc. Je me lance, récupère au passage le piolet perdu. J'arrive au niveau de Laurence. Elle à le visage légèrement tuméfier, et soufre de sa cheville droite.
J'ais donc abandonner tous mon matériel la haut, on décide de partir d'ici, il faut que l'on redescende de cet endroit.
Commence alors le plus dur moment de la journée.
La désescalade est très difficile, certains passages avoisinent les 70°. On y va tout doucement. La fatigue monte pour nous deux.
Sur un surplomb rocheux, on fait une pause. La descente me semble interminable, j'ais bien peur de ne pouvoir y arriver. Nous essayons d'appelé le PGHM, mais voila, s'est sans compter sur ces vallée perdues ou le 21è siècle n'est pas encore arrivé! Pas de réseaux, obligés de s'engager dans la descente.
Nous continuons tous doucement, on tir un cour rappel en direction de la rimaye. La pente me semble être un mur. Je sollicite souvent Laurence pour la garder lucide, elle semble être ailleurs par moment. Mais sa à l'air d'allé. Nous arrivons enfin en bas du cône de déjection, le soleil est coucher, le ciel se pare de mile feux, la luminosité baisse. Et nous sommes surtouts tout seul et sans lumière.
Nous aurons mis près de 2h30 à redescendre le couloir.
Ouf, enfin du réseau sur le bas du cône. Je n'ais plus de batterie bien-sur, mais Laurence oui. Un coup de fil aux proches pour les avertir que l'on va rentrer très tard sans rien leur dire des faits de la journée.
On mange très vite, nous n'avons quasiment rien avalé depuis le matin au refuge.
On s'engage alors dans la vallée avec la nuit qui arrive à grand pas.
Le stress de la forêt qui arrive sans aucune lumière.
Laurence commence à souffrir de plus en plus de sa cheville.
A l'entré de la forêt, coup de géni! On arrive à s'éclairé avec la lumière des écrans du GPS et des appareils photos.
Le début du chemin est difficile à trouver, mais on s'en sort.
Cette descente nous parait interminable. Nous arrivons enfin au refuge de Bousadus du Bas, où nous faisons une grande pause. Laurence, en cherchant à manger dans son sac, tombe sur sa frontale. Elle serra certainement plus pratique que nos appareils.
Second départ, nous savons que nous sommes à près de 30min de la voiture. Je pense que nous avons mis plus d'une heure en s'arrêtant presque tout les cent mètre. Nous sommes épuisés. Laurence soufre avec sa cheville, s'est vraiment difficile pour elle de marcher.
Nous sommes enfin arrivés à la voiture, environ cinq heures après l'accident. Normalement, la descente ne demande que 1h30... environ.
Epuisés, nous nous étalons sur les sièges, et bien sur éclatons de rire > l'effet du choc.
Certains pourront peut-être dire le contraire, mais nous considérons que nous avons eu vraiment beaucoup de chance. Le relais que j'ais changer au dernier moment nous à certainement sauver la vie.
De plus, juste avant sa chute, Laurence avait la corde entre les jambes... il parait que c'est interdit en escalade... et bien sa lui à sauver la vie. Ceci lui à permis de basculer sur le dos et de tout encaisser dans le sac.
Laurence est légèrement toucher sur le visage, pas grand chose. Un petit choc au genou. Mais le moins bien, est une blessure à la cheville droite qui lui oblige de resté au repos deux à trois semaines avec attelle.
Moi, je n'ais rien.
Alors merci Petzl pour vos broche en 15cm! Et à l'inventeur du demi-cabestan!
Une journée très dur pour nous deux, je ne pense pas que nous allons arrêter la montagne pour autant...
Mais je sais que nous pouvons désormais nous faire tout les deux entièrement confiance. :wink:
Alors bon rétablissement Laurence, la neige tarde cette année, alors profites en pour te rétablir d’ici là.

Nicolas.

Les photos de la sortie:
http://picasaweb.google.com/NicoAlpi/Fa ... Blanc1109#

_________________
Oublier le monde du dessous...


Haut
 Profil Site Internet 
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 16 Nov 2009 19:13 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Aoû 2006 19:04
Messages: 3438
Localisation: 64
Aïe aïe...
Quelle aventure!
Et bon rétablissement à Laurence bien sûr

Redoublons tous de prudence...enfin, facile à dire...

A+

Lagrole

_________________
J'passe de sas en sas
Et mes visites s'espacent...
A. Bashung


Haut
 Profil Site Internet 
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 16 Nov 2009 19:16 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Aoû 2006 15:28
Messages: 829
Localisation: Pau
Ouch ! Que dire après ce récit ? Sincères voeux de rétablissement à Laurence et à toi.

_________________
Bones of full fifty men lie strewn about its lair. So, brave knights, if you do doubt your courage or your strength, come no further, for death awaits you all with nasty, big, pointy teeth.


Haut
 Profil Site Internet 
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 16 Nov 2009 19:21 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 07 Jan 2009 21:31
Messages: 245
Localisation: Pamiers
Bonsoir Nico,

Ton récit m'a donné froid dans le dos...
Bon rétablissement à tous les deux.

Aude


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 16 Nov 2009 19:23 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Fév 2008 21:28
Messages: 1268
Merci pour le récit et bon rétablissement à Laurence et à toi qui ne doit pas être si indemne que ça...(Nico, ou quiconque d'autre l'ayant, peux tu m'envoyer en MP le num de Laurence s'il te plait? (j'ai encore perdu mon tel :shock: :shock: :shock: ))

Le redoux n'aurait-il pas du vous inciter à ne pas prendre la cascade???

Bon courage à vous

_________________
J'ai senti en quittant les Pyrénées
Que je laissais un pays enchanté


Haut
 Profil Site Internet 
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 16 Nov 2009 19:38 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Sep 2009 09:37
Messages: 2258
Localisation: Tarascon/Ariège
:shock: ouch ça fait peur... et vous etes là, génial... bon rétablissement à Laurence

_________________
Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ https://www.facebook.com/pages/Pyr%C3%A8ne-et-Pascale/493319630691998?sk=photos_albums
•·º♫·》 https://picasaweb.google.com/110024714243832792020
Image


Haut
 Profil Site Internet 
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 16 Nov 2009 19:39 
Hors ligne
Alpiniste
Alpiniste

Inscription: 24 Juin 2009 13:22
Messages: 140
Localisation: Toulouse
Quelle journée :|
Je vous lis régulièrement avec plaisir sur P-Team sans pour le moment vous connaître.
Rétablissez-vous bien, bon courage à Laurence :wink:

Thierry


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 16 Nov 2009 19:53 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Juin 2005 22:46
Messages: 2258
Localisation: tarbes
Bon rétablissement à Laurence.


Haut
 Profil Site Internet 
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 16 Nov 2009 20:03 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 28 Nov 2007 07:46
Messages: 2928
Localisation: Pau-Biarritz
OUF :shock: :!:
heureusement,
la catastrophe a été évitée,
bon et prompt rétablissement à toi mais surtout à Laurence

@+
Robert


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 16 Nov 2009 20:27 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 16 Nov 2003 12:30
Messages: 2782
Localisation: pyrenees orientales 66 saillagouse
Ce jour là, Nico m'a probablement sauvé la vie...
Je vous livre tel quel ce que j'ai vécu.
Roc Blanc le retour;face Nord, un couloir en AD+; je pars donc avec Nico pour un couloir, on se gare au refuge du Laurenti; Nethou devait nous rejoindre à 8H00, mais il n'est pas là, alors on démarre, par la piste qui monte au refuge de Bousadus du bas, on coupe par la forêt puis on se dirige vers le Roc Blanc,; je chausse les raquettes à 1875m; par endroits la neige est dure mais par d'autres on s'enfonce, et j'entends Nico qui peste!!!Chemin faisant, on se dit que quelques uns vont regretter de ne pas être là : la neige est bien là.La face Nord du Roc apparait, splendide avec tous ses couloirs, et de la glace dedans;On chausse les crampons et on s'encorde; on remonte une pente bien raide pour accéder au couloir; arrivés au pied de celui-ci, une belle cascade de glace nous tend les bras Nico part en tête, mais très vite s'aperçoit que la glace est trop fine; changement de direction vers un autre couloir.Tout va bien, on se délecte de cette neige dure; les crampons mordent et les piolets ancrent bien; le couloir que l'on grimpe part à un moment donné sur la droite et de ce fait, nous cache la suite du parcours; On décide alors de se déporter sur la gauche pour mieux voir se qui nous attend.Et ce que l'on voit ns ravi : des passages raides en glace + qq ressauts; on peut passer on y va, la pente qui mène au bloc coincé est pentue mais peu expo,; on se protège qd même; je passe entête ds ce passage technique; la glace est excellente, j'exulte , je plante enfin mes 1° broches de la saison!!pose un relais pour permettre à Nico de me rejoindre; puis il reprend la tête pour aborder une autre cascade; mais il ne la sent pas trop; du coup, décide de passer à gauche; je reprends la tête, et m'élance, je trouve un mur avec un léger surplomb; je bataille pour poser les broches; la 1° mord comme il faut,pour la seconde je passe plus de temps à trouver un bon endroit; j'y clippe la corde; je cherche des appuis pour placer mes pieds, y a pas grand chose; c'est tendu; je parviens à ancrer mes piolets au-dessus puis je me hisse, et là c'est le drame : mon pied droit décroche, le second s'enfonce en même temps que je tire sur mes bras; la glace trop fine, cède; je cherche désesperemment un autre appui pour mes piolets : trop tard, je sais que la chute est inévitable; je descends d'abord de qq cm, puis bascule en arrière sur le dos, la tête vers le bas.
Nico se prend un 38 tonnes sur la tête ( moi), je ne me suis même pas aperçu que je l'ai heurté;( il me le dira après coup). ce rude contact me freine mais pas assez, commence alors une dégringolade vertigineuse; les 2 broches s'arrachent, la corde file et moi avec; un 2° ralentissement mais toujours impossible de m'arrêter; je tombe. Ma tête heurte qqchose, mon pied droit aussi. Etrangement alors que je sais ma vitesse très grande, ce n'est pas à la mort que je pense ; stoïquement je me dis " là , ma vieille, tu vas te faire mal, très mal"; j'ai l'impression de tomber dans un tunnel, au ralenti, avec du bleu et du blanc autour; sans bruit...Mon cerveau enregistre tous les coups et je me résigne à la suite, que je devine douloureuse!Une bizarre sensation m'envahit : celle de ne plus avoir ni bras ni jambes, pourtant je sens mon corps malmené. Puis soudain tout s'arrête, là-haut, Nico a réussi à stopper ma chute, le relais a tenu, lui aussi.
Il vient de me sauver la vie; ni plus, ni moins.
Je parviens à me rétablir et plante machinalement mon piolet dans la glace; je m'y vache.Puis une voix tombe du ciel: " ça va, t'as rien ?" " oui, ça va et toi ?" " oui"Je pose une broche pour me sécuriser et j'explique à Nico, que je saigne du nez, et que j'ai mal à la cheville, mais que finalement, je vais très bien! C'est alors que je m'aperçois qu'il me manque un piolet " il est là à côté de moi" me crie Nico.Malgré la dragonne le piolet est parti!
Et puis soudain, dans un ahurissement total, je réalise que mon pied droit n'a plus de chaussure!! je suis en chaussette dans la neige!!Incrédule, je le crie à Nico. Si le moment n'avait pas été aussi grave il aurait pu être comique : Sur la corde tendue au-dessus de moi, ma chaussure et son crampon et la guêtre sont dressés sur la corde!!!Par quel tour de passe passe est-ce arrivé? Je demande à Nico de me donner un peu de mou, afin de récupérer tout l'ensemble; et là, stupeur : la corde est passée entre la chaussure( le talon) et le crampon et a fait une boucle!!, la violence du choc m'a arraché la chaussure; c'est assez insolite de voir cette chaussure et la guêtre toute droite, sans jambe dedans !!Je suis obligée de déverrouiller le crampons pour ôter la corde; surtout ne rien faire tomber; je clippe le crampons sur une dégaine et entreprend la tâche ardue de me rechausser; il me faut bien plusieurs minutes avant d'y arriver. Pendant ce temps, Nico arrive près de moi en rappel; il me dit que j'ai le côté du visage bleu, pourtant je n'ai pas mal, je ne sens rien; à part cette douleur à la cheville, je n'ai mal nulle part; aucun étourdissement, élocution et vision claires.
Je m'apercevrais un peu plus tard que j'ai une bosse derrière la tête et ce malgré le casque : celui-ci était tout neuf, c'était sa 2° sortie; je ne peux m'empêcher d'avoir un frisson retrospectif en pensant que si j'avais gardé l'ancien....
On reprend nos esprits, il faut tout désescalader, je ne me sens pas de remonter. Nico veut appeler le PG : hélas, pour l'avoir testé déjà une fois, ici pas de réseau;; le roc Blanc est maudit.
" bon ça va aller Nico, on va descendre doucement", la descente ne m'angoisse pas, j'y suis a à l'aise, même si cela s'annonce délicat.
On arrive à poser un rappel qui nous amène en haut du cône; la neige est dure; finalement, au bout d'un certain temps, on est en bas;on se déséquippe, on souffle; on sait que l'on revient de loin; je ressors le tph : miracle ici ça passe; un coup de fil à nos proches pour leur dire qu'on aura du retard; on ne dit rien au sujet de l'accident, inutile de les affoler.
Je cherche dans mon sac la frontale et ne la trouve pas!Il est 17H00, ds une heure il fait nuit; tant que l'on est sur la neige, on voit les traces, mais lorsqu'on arrive ds la forêt, c'est l'horreur; et c'est à la lueur de mon gps et de l'apn de Nico qu'on atteint le refuge de Bousadus du bas; on s'écroule sur les chaises, on allume une bougie; je repars en plongée ds mon sac : la frontale est là!!, ds un endroit où je ne la met jamais!!Un envie de pleurer me prend : on a tellement galéré ds cette forêt!!
A 20H15 on repart du refuge,A 21H20 on est à la voiture, 13H00 après l'avoir quittée. On est fourbus, mal partout, ma cheville me fait souffrir. On rentre finalement à la maison; sous la douche, je fais l'état des lieux : une arcade égratignée, un coquard à l'oeil, un trou dans la face interne du genou, un nez enflé, des ecchymoses un peu partout et surtout une cheville qui tient plus du ballon de hand que d'autre chose!!Nico doit pas être mieux ( pensez donc : se ramasser un 38 tonnes en peine poire ça doit laisser des séquelles)
Il est onze heures j'irais voir le médecin demain; malgré un myolastan je ne ferme pas l'oeil de la nuit; la matinée est tout aussi morose : je revis tout l'accident tout revient à la surface; je m'excuse auprès de JM et Alain pour ne pas avoir répondu à vos appels tph : je n'étais pas en état de parler; je me serais probablement écroulée en larmes au bout du fil;
l'après midi je vais chez le médecin : il craint une fracture; ce à quoi je lui réponds que c'est impossible parce que je réveillonne en montagne avec les copains et qu'un mois et demi de plâtre, ben ça va pas le faire; la radio révèlera un arrachement osseux de la malléole; bon comme ce n'est pas le 1° que j'ai, ça devrait le faire; dès que la douleur a disparu, je pourrais re-marcher; 2 à 3 semaines d'attelle me dit le médecin, mouais, on verra, je gère!

Leçon à tirer :
la glace était trop fine qd j'ai voulu y planter mes piolets, j'étais en tête et je suis entièrement responsable de ce qui est arrivé; Je ne remercierais jamais Nico d'avoir réussi à enrayer ma chute, si le relais avait cédé je l'aurais entrainé ds ma chute et probablement sans espoir de retour...

Nico, je te dois donc :
- une vie
- 1 broche
- 2 dégaines
C'est bon et réconfortant de savoir que son compagnon de cordée est à la hauteur

Malgré ce qui vient de se passer, ma passion pour la montagne est intacte tout comme mon engouement pour les couloirs; j'attends qq jours pour repartir à nouveau.
Et quoiqu'il en soit, ça ne remet pas en question notre programme de fin d'année et notre préparation au Gaube et à la Verte.

_________________
superfrog

Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 16 Nov 2009 20:28 
C'est sur ca fait réfléchir...
Bon rétablissement à vous deux. Il y a encore plein de beaux couloirs qui vous attendent.


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 16 Nov 2009 20:28 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 16 Nov 2003 12:30
Messages: 2782
Localisation: pyrenees orientales 66 saillagouse
les photos en ligne ds 1/4 d'heure

_________________
superfrog

Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 16 Nov 2009 20:33 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Avr 2007 21:13
Messages: 2027
Localisation: Hautes-Pyrénées
Bonsoir,

Mauvaise histoire qui finit (assez) bien.
Alors Laurence, si de gros poutous peuvent t'aider à te réparer, je t'en fais autant que tu veux.
Et à toi Nico, de bonnes tapes sur l'épaule.

A bientôt
Gérard

_________________
Mes deux petits sites en un Pyrénées, chemins de traverse et La Haute Randonnée Pyrénéenne (H.R.P.) à contre-courant


Haut
 Profil Site Internet 
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 16 Nov 2009 20:55 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Juin 2004 20:07
Messages: 1148
Localisation: bagneres de b / bordeaux
ouf...

bon rétablissement moral et physique...

_________________
Image


http://monaxmontagne.blogspot.com/


Haut
 Profil Site Internet 
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 16 Nov 2009 20:59 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 16 Nov 2003 12:30
Messages: 2782
Localisation: pyrenees orientales 66 saillagouse
merci à vous tous; mais ça va le faire, le plus dur est passé.

les photos ici :
http://picasaweb.google.com/cambredase6 ... directlink

_________________
superfrog

Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 92 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 7  Suivante




Articles en relation avec le sujet
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Roc Blanc, accident...

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

laurence

67

23645

16 Juil 2009 09:04

laurence Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Face Nord de la Munia

clems5555

4

1767

22 Mai 2018 19:10

clems5555 Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Face Nord du Vignemale

clems5555

5

662

16 Juil 2019 17:05

Senpertar Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. face Nord de l'Ossau par la Fourche

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

jack

22

6949

31 Juil 2010 16:01

jack Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Face nord du Mont perdu

yoch

13

4716

11 Mai 2017 11:01

juju31 Voir le dernier message



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 38 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à: