Nous sommes le 16 Déc 2018 18:44




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 05 Jan 2011 05:13 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 02 Juin 2008 21:22
Messages: 685
Localisation: Luchon, sauf rando !
Je me suis demandé si ce récit et les photos qui l'accompagnent ne seraient pas plus à leur place dans la partie "Préparations de vos randonnées". Car, finalement, à quoi sert de raconter son périple ? A remercier sur ce forum ceux qui vous ont aidé à le préparer, certainement. Mais au delà, lorsque le mauvais temps et le piètre photographe n'ont pas permis la réalisation de belles images, c'est peut-être pour les futurs candidats à la HRP que tout ceci peut servir...

Avertissement : Le lecteur pressé, s’il ne décide pas de passer de suite à un post moins bavard ;-) pourra utilement commencer sa lecture après l'avant-propos et le prologue, dès lors que je m’attacherai à vous conter ma « haute route ».


Avant-propos

L’aventure de la HRP commence déjà, on le sait bien, avec le choix du parcours.
Le projet 2010 s'énonçait simplement : Reprendre où je m’étais interrompu à l’été 2009 et gagner l’Andorre, ou, à défaut, m’en rapprocher.
Mais où avais-je quitté la haute route ? :-/
J’étais parvenu à la vallée de l’Ossoue en 2007. Mais, l’été 2009, j’avais effectué une sorte de grand huit qui, passant par Baysselance, rejoignait les Sarradets par le Pic Saint André, puis, de là, Goriz (et même Torla, mais c’est une autre histoire contée l'an passé). Ensuite, Pineta puis retour aux Espuguettes par la brèche de Tuquerouye.
Pineta ou Espuguettes, telle était l’hésitation de départ.
Pineta permettait de gagner Bielsa directement par le sentier qui suit la vallée avant de rejoindre Viados. Cela me semblait manquer d’ambition. De Pineta, je pouvais suivre le GR11 jusqu’à Parzan puis Viados. Mais alors, il fallait affronter piste et goudron. Certes, il y avait la voie choisie par Scal qui, quittant le GR11, avait par le chemin des mines qui surplombe le cirque de Barrosa, gagner le Port de Barroude et de là Rioumajou par les crêtes. Ce parcours me fascinait… mais m’inquiétait aussi : Je n’étais pas certain d’avoir le potentiel.
Si je partais des Espuguettes, je pouvais aussi, « tout simplement », suivre l’actuel topo et gagner Barroude en deux étapes avant, au choix, de plonger sur Parzan ou de prendre les crêtes vers Rioumajou.
Finalement, comme il n’avait pas fait beau en 2009 du côté d’Anisclo, je décidais de refaire cette portion, et, pour cela de partir des Sarradets, donc de Gavarnie. Après Goriz, le plan consistait à rejoindre Tuquerouye par les vires de Las Olas puis de Tormosa. Ensuite cap sur le Maillet, puis Barroude. Ensuite, abandonnant l’hypothèse Rioumajou, et attiré par le chemin des mines, je l’empruntais, gagnais la Liena puis descendait sur Parzan, acceptant le goudron puis la longue piste vers Viados.
Ensuite, la HRP classique par le nord : La Soula, le Portillon, La Renclusa, Espitau de Vielha, La Restanca puis un détour dans les Encantats par Amitges puis Mataro (une solution proposée par Gérard), puis cap vers l’Ariège, selon la proposition de Scal, par Airoto, Montgarri, et de là, gagner les Estagnous puis Salau avant de repasser au sud pour rejoindre Certascans et par Mounicou puis l’étang Fourcat, rejoindre l’Andorre. Tout cela si le mauvais temps ne me retarde pas.
C’est donc avec ce plan en tête que je faisais mes réservations dans les refuges.
En fait, les choses ne se sont pas passées du tout comme elles étaient prévues.


Prologue
Tout d’abord, avant de m’engager avec des chaussures neuves :nonon: (et pourtant si), je me suis dit qu’il me faudrait faire une petite boucle d’essai. Quelle petite boucle ? Et bien refaire par exemple cette étape entre Baysselance et les Sarradets par le Pic Saint André, étape où je n’avais pas trouvé le bon passage et où j’avais eu du mal à franchir une pente sur un schiste bien délité.
Une sorte de prologue en quelque sorte, avec un sac allégé.
Objectif atteint. J’ai trouvé un sentier, des cairns, frôlé le pic des Ligades et évité le schiste. Et puis les chaussures, avec un pied bien tenu, se sont avérées être de vrais chaussons. :super:
Alors ce fut, de Gavarnie, le vrai départ, avec le sac bien plein. :]


La Haute Route

Premier jour, la montée au refuge des Sarradets par les échelles. Petite étape et beau temps. Le cirque est toujours aussi grand et les gâteaux du refuge aussi bons : « Vous êtes déjà venu en début de saison, je crois. » Euh, oui, en juillet, en vacances du côté de Luz, j’étais monté au Taillon et au retour, à l’heure du thé, avais dégusté quelques gâteaux. Je ne pensais pas avoir laissé un souvenir aussi vivace. Il faudra à l’avenir se montrer plus discret… :gene2:

Deuxième jour, Goriz par la brèche, « les hauts de Gavarnie », la large vire sous le cylindre, l’étang glacé. J’avais pensé laisser le sac à l’étang et aller rendre visite au Mont Perdu. Mais j’ai dû marcher plus lentement que l’an passé… En fait, je me suis astreint à l’usage des crampons dès que je voyais de la neige un peu dure et pentue. Mais cela prend du temps de mettre et retirer ces engins. Et puis, j’étais peut-être parti un peu plus tard. Et puis, un doute terrible : Et si le gldn se faisait vieux et n’était plus très performant ? Bon, pour le Mont Perdu, c’est encore raté cette année.

Image
La brèche... dont on ne se lasse pas

Image
La brèche passée, en route vers le Pas des Isards

Image
On y arrive

Image
On est est

Image
Sur la vire, sous la Tour du Marboré

Image
La vire s'élargit et le passage vers le haut du gradin supérieur apparait. On le repère par les deux traits obliques situés sur la photo très légèrement à droite sous le sommet du Cylindre du Marboré

Image
Il n'y a plus qu'à monter...

Image
Du gradin supérieur, peu après la Tour, le col de Goriz, la fin du canyon d'Ordessa, et, au dessus, la déchirure du canyon d'Anisclo

Image
Après le col de la cascade, en descente légère vers le passage permettant de gagner le grand entonnoir et de là, de prendre la large vire sur le flanc sud du Cylindre

Image
De l'étang glacé, le Mont Perdu et son accès le plus fréquenté


Troisième jour, départ de Goriz et direction Tuquerouye par le col d’Anisclo. Dans la nuit, le temps s’est mis au gris, et même au gris foncé. Je me rapproche du col de Goriz en même temps que la pluie. Hop, le pantalon et la veste super pro achetés cet été. Avec cela, on reste super sec, sauf le sac et les chaussures, si la pluie insiste. Elle insiste et surtout l’orage vient lui tenir compagnie. J’hésite. Est-ce une bonne idée de poursuivre ? Finalement, je capitule (excès de prudence ?) et retourne au refuge. Ce sera forte pluie et orage jusqu’à dix heures.
Pendant ce temps, le refuge est pris d’assaut. Je constate à cette occasion que certains Randonnent dans les Pyrénées sans vêtement de pluie. Ils venaient d’Europe centrale. Alors, les Pyrénées, pour eux, c’est pas loin du sud marocain. ::d
Nouveau départ à dix heures. Je pense alors que rejoindre Tuquerouye avant le soir peut être un peu juste. Enfin, on y va. Gris c’est gris. Quand je pense que je suis reparti de Gavarnie pour voir le canyon d’Anisclo par beau temps…
Arrivé aux passages avec chaînes, il ne fait vraiment pas beau et la roche, mouillée, dans sa partie blanche est très glissante. J’ai une pensée pour Elisabeth… et son chien qui sont passés dans l’autre sens. Je m’en amuse : « Ce qu’un chien a fait, un homme peut le faire. » ::d
Cela passe bien mais par ce temps humide il faut faire attention et, n’ayant pas de grigriffes à mes papattes, je n’hésite pas à utiliser les chaînes.
Puis vint le col d’Anisclo et avec lui le retour de la pluie. Je décide de descendre sur Pineta et renonce à Tuquerouye. Ce sera ensuite l’alternance entre pluie (et je mets les vêtements de pluie) et éclaircies (fait chaud… et j’ôte les vêtements de pluie). Innocent, j’avais pensé que la descente serait plus facile dans sa deuxième partie après l’entrée sous les arbres. Un sentier sous les arbres, pensai-je alors, c’est sympa. Pas du tout. Il est étroit, pentu, avec de courts passages de désescalade, des branches qui, alors que la pluie s'est ponctuellement arrétée et que vous venez de retirer le haut, vous lâchent leur eau dès qu'on les touche, et surtout, suprême raffinement, des passages terreux et des racines. Et la terre, et plus encore les racines, mouillée, c’est la glissage assurée. :(
Bon, toujours vivant grâce à une descente ultra prudente donc ultra lente, j’arrive au refuge. :winner1:
On n’entre pas avant cinq heures sauf pour commander une boisson à consommer dehors. Dans ces circonstances, le règlement est sévère. :tetedemort:
Décision rapide, je renoue avec mes mauvais penchants. Direction le Parador. Je me vois déjà prenant un bon bain :] puis un bon repas :miam: avant de faire une bonne nuit… « Désolé Monsieur, nous sommes complets. » Et bien ça, c’est complet. J’ai un moment de mou. :pleur1: Finalement je me ressaisis et, grand seigneur : « Réservez-moi un hôtel à Bielsa et commandez-moi un taxi. »
Le taxi et moi, nous ferons la route sous une pluie d’anthologie. A Bielsa, rues pavées et en pente. La rue s’est faite torrent. Une fois dans la chambre, je sèche, ne ressors pas et mange sur les vivres de course et au lit de bonne heure.

Image
Du col de Goriz, sur le GR11, le regard vers la Punta de Las Olas et sa vire qu'il faut gagner

Image
De la vire, le canyon d'Anisclo : Mais quand le verrai-je sous le soleil...

Image
La vire se fait plus étroite et le col d'Anisclo apparait

Image
Le tobogan sous la Punta de Las Olas où le chaîne est la bienvenue

Image
Pas de transition entre la descente du (ou la montée au) col d'Anisclo et la vallée de Pineta


Quatrième jour. Pluie toute la journée, avait annoncé la météo. Pluie il fait au réveil.
Cela dit, ma conception de la HRP fait que, comme je suis venu du Parador de Pineta en voiture, il me faut repartir du Parador et non de Bielsa.
Je revois mes plans : Je devrais ce matin être à Tuquerouye et ce soir au Maillet, et demain à Barroude. Partant de Pineta, aller au Maillet est possible par le col de la Munia mais, dans ce sens, et sous un tel déluge… Mais je peux aussi rejoindre directement Barroude par le col de la Robinera et la partie nord du chemin des mines. Et là je gagne une journée et me retrouve à Barroude dans les temps initialement prévu même si j’attends une journée que la pluie cesse. :super:
Allo le Parador... Ce soir, il y a de la place ? Oui… C’est décidé, ce sera une journée de pause. Je préviens le Maillet que je n’y serai pas le soir.
Installé au Parador, pendant que les chaussures achèvent de sécher, je modifie mon plan. Puisque je vais rejoindre Barroude en empruntant la moitié nord du chemin des mines. Est-il toujours opportun de le refaire en entier, dans l’autre sens, le lendemain, et de redescendre ensuite sur Viados ? Et après deux jours de très fortes pluies en quasi continu, le chemin des mines dans sa partie sud n’est-il pas un choix osé ? Je décide alors de modifier la suite du parcours. Après Barroude, ce sera Rioumajou, par les crêtes.
Je contacte mon forum préféré. Flo64 vient de terminer une sortie au Pic de la Robinera. J’apprends que le Pic, venant du nord, ne relève pas de la randonnée. Bon, moi, c’est pas le pic, c’est le col. Je demande des renseignements sur la présence ou non de neige. La réponse arrive dans la soirée. Merci Flo64 : Le col est dégagé.
Je relis certains sujets du forum : Je vois que Dinosaure parle d’éboulis fuyants entre le col de la Munia et celui de la Robinera. Je retire aussi la conviction que le col est plein est, à la hauteur du lac le plus au nord.
Jim64 qui, avec Gérard, doit me rejoindre à La Renclusa, profite de mon passage sur le forum pour me demander s’il faut m’apporter quelque chose à La Renclusa. Non, merci, ça ira. Mais c’est sympa. :coeur:


Cinquième jour. Départ du Parador après le célèbre buffet du matin dont j’avais négocié l’accès anticipé. :miam: Montée au balcon de Larri par le GR11 puis, laissant le GR obliquer à droite, direction le fond du balcon. Là, ressaut. Le sentier n’est pas très marqué, je le perds, je fais demi tour et le retrouve. Manifestement, j’avais manqué d’attention dans la surveillance des cairns. Je ne dois pas être le seul à avoir fait l’erreur car la trace erronée est, au départ, mieux marquée que la bonne. C’est ainsi, si une erreur est probable, beaucoup la font et passent ainsi deux fois là où sur la bonne sente ils ne passeront qu’une fois. Et le mauvais sentier devient de plus en plus attirant.
La vision, dans mon dos, de l’ensemble constituée par le col d’Anisclo, le Soum de Ramond, le balcon de Pineta, le Mont Perdu, le Cylindre, est remarquable. Cela monte bien et voilà les lacs. Tiens, il y a quelqu’un sur le versant sud du Pic de la Robinera. Un lac, deux lacs. J’avance. Je dépasse le lac le plus au nord. La trace est bien cairnée mais pour moi elle conduit au col de la Munia. ET toujours pas de départ à droite, en plein est pour le col de la Robinera. Je m’impatiente et décide alors de monter directement plein est. Au début, c’est facile. Puis les éboulis deviennent fuyants. « C’est normal ; c’est ce que Dinosaure en disait. » La pente se raidit. Je décide de progresser par de petites barres plutôt que de rester sur les éboulis et, tiens, voilà le col, une sorte de brèche. Pas large. Et de l’autre côté, houlà, la descente est raide. :( Paroi faite de plaques bien lisses et mouillées, en schiste, avec en prime des micro éclats un peu partout. « La voie du col au pic, c’est pas de la randonnée » avais-je retenu du post lu la veille. Effectivement. Je descends face à la paroi et doit remonter à plusieurs reprises pour trouver une voie jusqu'en bas, c'est-à-dire jusqu’à un névé pentu, dur (à l’ombre). Tiens ? Je croyais qu’ont pouvait éviter le névé dont la présence après le col m’avait été signalée… Finalement, après pas mal de temps et quelques passages où je n’en menais pas large, me demandant comment allais-je m’en sortir, j’arrive au ras du névé et mets les crampons dans une position inconfortable…
La difficulté passée, je retire les crampons et prends une pause alimentaire. Cela faisant, je m’étonne : Je n’ai vu aucune trace, aucun cairn, depuis que j’ai quitté le lac… Et je m’étonne encore plus de n’y penser que maintenant. Les Pyrénées ne sont pas une montagne vierge et le passage par le col de la Robinera ne doit pas être quelque chose d’exceptionnel… Donc, je ne suis probablement pas passé par le col. Je me dis que c’est une erreur de débutant et me jure de mieux utiliser ma tête à l’avenir. Si j’avais dérapé et m’étais fait mal, ce qui aurait été probable, il n’aurait pas fallu compter sur le passage d’autres randonneurs…
Pour en avoir le coeur net, je remonte vers le nord ouest et je découvre bientôt un large col. Probablement LE col me dis-je. Plutôt au nord est qu’à l’est de la pointe nord du lac. La gardienne du refuge de Barroude, le soir, confirmera : Le col de la Robinera est large et en descendre ne pose pas de difficulté.
Mais le temps se gâte, le soleil se cache, les nuages arrivent, plutôt noirs. Je descends plein est, trouve un sentier et même la mention sur une roche « Senda pirenaica ». Me voilà sur le dôme. Au sud le chemin des mines, très visible. Au nord, l’autre moitié du même chemin. Cela passe bien. Certains passages sont équipés de câbles mais certaines attaches sont rompues (que valent les autres ?) et un câble à quinze centimètres du sol est non seulement inutilisable mais représente une gêne. Tiens, une cascade et juste après un petit saut (vers le haut, de deux à trois mètres) et une roche où les prises sont plus que minces et là, à droite, ça descend fort et longtemps. Mais désormais rien ne résiste au gldn. :frime:
Le chemin s’achève. Le Port était là il y a encore un instant mais, fini, plus rien, le brouillard vient de déferler du col, venant de France. Il fait froid. Je suis le sentier. Je descends. Des intersections, je choisis la direction à la boussole. Et soudain le refuge est là, à quinze mètres.
Excellent accueil. La gardienne me semble seule. Personne d’autre ? Si, un papa gallois et sa fille. Je fais le malin et demande le sauna et la douche. C’est là, me montre la gardienne, à l’extérieur. J’y cours. Il fait pas chaud et l’eau est évidemment glacée, mais je prends néanmoins une douche. Je reviens au refuge. Etonnement : Vous avez vraiment pris une douche ? Il fait 4 degré dehors. Pas de problème… :froid:
Finalement, le super-randonneur-qui-ne-craind-pas-le-froid tremblera jusqu’au repas, malgré deux polaires et un bon 16 degré dans le refuge (je précise que je parle là de température).
Très agréable repas et non moins agréables discussions et vite, sous les couvertures.

Image
Départ sur le GR11, à gauche de la chapelle

Image
Du dessus du Llanos de Larri, la muraille de Pineta avec le col d'Anisclo, à gauche, et celui de Las Olas, à droite, d'où l'on ne descend pas

Image
Du même endroit, les trois soeurs : Soum de Ramond, Mont perdu et Cylindre et en dessous le rebord du balcon de Pineta

Image
A l'approche du lac sud de la Munia, le Pic de la Robinera

Image
Le lac sud dépassé, regard vers le sud et le Collado de las Puertas

Image
Le deuxième lac après lequel je m'empresse de virer plein est un peu trop tôt

Image
En route vers cette brèche que je prends pour le col, au pied nord du pic

Image
De la brèche du gldn (ça restera ?), le regard porte loin. Pudiquement, les trois soeurs se sont voilées de nuages. Plus bas, la cascade de Pineta et, devant, le lac nord de la Munia,

Image
Et voila, vu de l'est, le passage qui m'a posé quelques problèmes

Image
Pas les marques rouges annoncées mais quelques cairns et cette inscription : J'ai retrouvé une voie fréquentée (plus ou moins)

Image
Du dôme, la partie sud du chemin des mines sous un ciel qui se fait menaçant

Image
Du dôme, la partie nord du chemin des mines

Image
Sur le chemin des mines

Image
Toujours le chemin des mines

Image
Encore quelques mètres et il n'y aura plus qu'à descendre vers le refuge

Image
Les rives d'un lac... Donc le refuge ne doit plus être loin

Image
Poli, le lac de Barroude se découvre un bref instant. C'est tout ce que j'en verrai


Sixième jour. La nuit a été marquée par quelques coups de vent. Ce matin, il fait 1 degré à l’extérieur selon la station météo située près du refuge. Le vent souffle très très fort. Le brouillard est toujours là (je croyais que le vent et le brouillard étaient incompatibles), enfin, le brouillard, c’est plutôt les nuages et qui se vident sous forme de neige bien glacée qui vous fouette le visage à vous faire mal.
Hésitation : Partira vers Rioumajou par les crêtes ou descendra vers Saint Lary. :-/
Je ne vais pas encore modifier le programme. Je monte au col. On n’y voit pas mieux que la veille. Direction Port Vieux.
J’ai avec moi un relevé détaillé du chemin. Ce relevé, je l’ai établi en lisant la HRP « à l’envers » de Gérard. Quant il disait « ça monte et il faut prendre à droite », je notais ça descend et il faut prendre à gauche. C’est un bon exercice qui demande plus d’attention qu’il y parait. A un moment, il avait dû écrire « prendre le versant sud est », ou quelque chose comme cela ; emporté par mon élan, j’ai noté « prendre le versant nord ouest ». Et bien non, évidemment, là il ne fallait pas inverser. Au nord ouest, ce ne sont que des barres. Mais le brouillard se lève, je reviens sur mes pas et trouve sans mal le sentier sur le bon flanc.
Me voici à Port Vieux. Pause alimentaire.
A partir de ce moment, je ne retrouverai plus mes lunettes « blanches » de vue. Quel que soit le temps ou l’heure, je n’aurai à ma disposition que des lunettes de soleil (et de vue). L’étui a dû glisser du sac lorsque je prenais le casse croûte.

Image
Au voisinage du soum de Barroude, le ciel s'ouvre sur la partie haute du cirque de Barrosa et la partie sud du chemin des mines apparait

Image
En route vers Port Vieux, un moment de bonne visibilité !

Image
Le temps s'améliore dans la descente vers port Vieux

Image
Port Vieux, là à quelques mètres, et la crête qu'il faudra suivre à flanc, comme l'a noté Gérard dans son compte rendu de HRP à l'envers

Image
L'étroit port de Bielsa


Septième jour. Rioumajou-Viados. Il fait beau. Je cherche le sentier qui mène au Port de la Madera. Je pense le trouver. Tiens, il y a un petit panneau indicateur. Voyons. « Port du Plan ». Bon, ce n’est pas le bon col mais c’est la bonne direction ; il faudra simplement diverger plus loin. Plus loin je vois deux cols jumeaux ; je me dis : celui de gauche est le Port de Cauarère et celui de droite le Port de Madéra. Et, sûr de moi, je ne regarde pas la carte et je prends la direction de celui de gauche. Résultat, j’arrive au col et m’aperçois que celui de Cauarère était encore plus à gauche et qu’il aurait fallu obliquer sous le dernier mamelon (ou encore beaucoup plus tôt car il y a deux sentiers pour le même col. Mais cet autre sentier, je ne l’avais pas vu). Cela dit, cette erreur est cette fois sans gravité : Peu importe le col car la descente se fait par le même vallon.
Accueil très sympathique à Viados et douches chaudes. Vue magnifique sur les Posets. :ghee:
Je ne connaissais pas ; j’avoue que le site est exceptionnel. Il faudra revenir.
Je fais la connaissance d’un randonneur allemand qui chaque été sillonne nos Pyrénées et alimente un site pour les faire découvrir chez lui. Cette année, il fait une HRP qui reste au sud de la chaîne.

Image
L'Hospice de Rioumajou, où le randonneur trouve pour s'abriter un auvent et une salle nue mais propre, lors de mon passage

Image
Le port de Cauarère est à gauche. Avec une carte IGN, c'eut été clair. Ce n'est pas le cas avec la Rando édition au 1/50 000. Il aurait fallu franchir le ruisseau pour y aller directement. Mais on peut partir par un sentier en lacet à droite qui mène au Port de Plan puis, arrivé à un replat herbeux, le quitter et revenir vers le col...

Image
Quittant le sentier menant au port de Plan, je suis un sentier marqué de bleu et croit voir le Port de Cauarère à gauche et celui de Madera à droite. Je vise le gauche. C'était le port de Madera. Cauarère est encore plus à gauche.

Image
Le col atteint, en face, le Bachimala

Image
Passé le col, les sentiers venant de Madera ou de Cauarère se rejoignent. L'erreur est sans conséquence

Image
Bientôt, sur la droite, les Posets

Image
Arrivée sympa sur une vallée...

Image
... qui ne l'est pas moins. Regard vers le Nord et le Port de la Pez

Image
Du refuge de Viados, les Posets

Image
Le refuge de Viados... et, sur les marches, notre randonneur allemand amoureux des pyrénées


Huitième jour. Viados-La Soula par le Col d’Aygues-Tortes supérieur. A nouveau une belle journée. Pour la montée vers le faux col précédant les « mares espagnoles » avant le col, « Mon » Véron dit : « ne pas tarder à passer rive gauche ». Pour moi, on reste rive gauche sauf un très court moment, pendant la progression dans le ravin qui termine la montée. Mais la configuration du terrain ne permet pas de se tromper, il faut visiblement progresser dans le ravin, une progression que j’ai trouvé pénible : Terrain pentu et peu stable.
Descente agréable. Beaucoup de monde au refuge. Etrange refuge. Je me suis trouvé dans une ancienne cuisine avec évier… et trois lits. Douche chaude en sous-sol, ambiance entreprise des années cinquante (Ah bon, vous n’avez pas connu ?) mais bonne table et bon accueil. :miam:

Image
De bon matin, les granges de Viados

Image
Arrivant au Port d'Aygues Tortes, dernier regard sur les Posets

Image
Du col, regard vers le nord-est sur les lacs d'Aygues Tortes et une série de sommets bien connus de Thrawn ;)

Image
Toujours du col, regard vers l'est et une série de sommets bien connus de Thrawn ;) ;)

Image
Le refuge de La Soula

Neuvième jour. La Soula-Le Portillon. Une grande étape. Pas de photo du lac de Caillauas. Je n’aime pas les lacs artificiels, c’est pas la nature qui les a fait. Je sais, cela n’a pas de rapport avec la beauté d’un site. Et ce n’est pas très cohérent puisque j’aime les vieilles bâtisses, les murets des champs ou des sentiers, les paysages ouverts par l’activité des hommes. Enfin, c’est comme ça, pas de photo. Et puis des lacs, il y en a d’autres…
Vers le col des Gourgs Blancs, je m’aventure un peu trop à droite et je me retrouve à devoir traverser en légère descente un névé pentu et à l’ombre. Je m’engage sans mettre les crampons. Mauvaise idée. C’est bien gelé. Je m’en sortirai en taillant des marches au piolet. Cela donne chaud et ça n’avance pas vite. Je me dis que désormais je n’hésiterai plus à chausser les crampons.
Passé le col des Gourgs Blancs, je repère celui du pluviomètre. Allez savoir pourquoi, je voyais la transition tranquille et légèrement vallonnée. Avec de la neige, peut-être. Mais là, de la neige, il en reste uniquement dans la montée au pluviomètre. La progression dans le chaos des roches est lente et fatigante. Je suis très en retard sur les temps du Véron. En soi, c’est sans importance mais manifestement les temps indiqués doivent correspondre à une traversée sur la neige. Ce n’est donc pas une bonne idée que de passer là en fin d’été pour l’éviter. Un enseignement de plus.
La montée au pluviomètre se fait avec crampons. On les ôte pour gagner la Tusse de Montarqué. Là, c’est large et plat, et le topo nous dit que le sentier qui descend au refuge est à l’est. Et bien, s’il existe un sentier à l’est, je ne l’ai pas trouvé. Le brouillard était là et pas de départ de sentier. Finalement, j’avance vers le nord et là je trouve un sentier, qui, certes, descend vers l’est…
Arrivée au refuge. Peu de monde. Bon accueil, douche chaude puis bonne bière.
Deux couples discutent de leur journée. On échange. Ils sont montés pour le week-end et ont fait quelques sommets. Et moi, d’où je viens. Où je vais. On passe à table.
Le gardien s’avance. Quelqu’un au téléphone ; ce doit être pour vous. Je suis surpris et, avec un peu d’inquiétude, prends le téléphone…
C’est Gérard qui veut vérifier où j’en suis car nous avons rendez-vous le lendemain à la Renclusa.
Retour à table. Regards mi inquiets mi interrogateurs. Je crois utile de préciser : « c’était un ami qui voulait vérifier… » et je dis que nous avions fait connaissance à travers un forum. Et là, un des randonneurs me demande « Pyrénées team ? » Euh, oui. « Vous êtes Gldn ? » Euh, oui. 8| C’était Sagarmatha qui avait suivi sur le site les échanges précédant mon départ et qui depuis l’après-midi hésitait à me demander si je ne serais pas…
De retour en ville, Sagarmatha précisera sur le forum « Le gldn est en vie » dans la rubrique discussion, et joindra une photo prise le lendemain matin. Ce sera heureusement toujours le cas à l’heure où le post sera mis en ligne !
Finalement, ce forum, c’est vraiment bien, vous ne trouvez pas ? :coeur:

Image
Regard arrière vers le lac des Isclots

Image
Du déversoir du lac du Milieu, la montée aux Gourgs Blancs à droite et, au centre, le Gourdon, un 3000 débonnaire

Image
Regard arrière vers les lacs. Dans le lointain, le Pic du Midi de Bigorre

Image
Sur les restes du glacier des Gourgs Blancs... un randonneur (si, si, mais il faut le chercher) pour donner une idée de l'échelle

Image
Toujours les restes, toujours en regard arrière

Image
Du col des Gourgs Blancs, le Seil de la Baque

Image
Du col, regard vers le col du Pluviomètre où il faut aller...

Image
... et vers le Lac Glacé ou Lac du Port d'Oô, sous la Tusse de Montarqué.

Image
En route vers le col du Pluviomètre

Image
Le pluviomètre, que l'on laisse plus haut sur la gauche

Image
Passé le col, le lac du Portillon et, en haut, de gauche à droite, le Pic des Crabioules, le Col Inférieur de Litérole, le Pic Royo, le Col Supérieure de Litérole, le Perdiguère

Image
De la montée à la Tusse de Montarqué, le Pic Jean Arlaud et le Pic des Gourds Blancs, à l'ouest-sud-ouest, et devant, le Lac Glacé

Image
Le pluviomètre et, derrière, plus au gauche, le Pic Audoubert puis le Cap de la Baque

Image
Les nuages se retirent et le refuge Jean Arlaud (refuge du Portillon) apparait


Dixième jour. Le Portillon-La Renclusa. Une autre grande étape.
Séance matinale de photo avec Sagamartha. Les deux couples plongent dans la mer de nuages qui stagne sur le Luchonais à quelques dizaines de mètres du refuge. Mais, au dessus, le beau temps est là. On y va.
La montée est raide et le final, de bon matin, exige les crampons.
Le col inférieur de Litérole, ouvre sur une belle descente. La marche est haute et un bon névé se chauffe au soleil… mais la neige est encore très dure et c’est la première fois que j’affronte une pente aussi raide. :(
Un couple d’anglais me rejoint. Ils avaient passé la nuit au refuge et suivaient eux aussi la haute route. Ils m’avaient expliqué qu’ils étaient passés par Viados puis La Soula mais sans respecter les étapes car ils avaient bivouaqué. Ils n’avaient pas de crampons, s’étaient aidés de mes traces mais là, pour la descente, je ne voyais pas ce que je pouvais faire pour eux.
Finalement, je m’engage en me souvenant de ce que j’avais retenu des conseils de Gérard et de Nauleck, avec lesquels j’avais en juillet fait une balade sympa du côté du refuge Packe. Donc, rester face à la pente et ne pas, sous prétexte que ça descend, ne planter que le talon. J’espérais avoir bien compris. Ce n’est peut-être pas le cas mais ça fonctionne. Me voilà en bas. Je me retourne. Les anglais discutent ferme. La dame s'est assise sur les rochers et le monsieur semble vouloir descendre en glissade. :nonon: En bas du névé, alors que la pente est encore bien raide, des rochers laissent présumer un accueil plutôt rugueux. Je leur fais signe que non et montre les rochers.
Finalement, ils descendront très lentement. L’homme passe devant en faisant des marches. Je m’éloigne, passe le premier lac encore largement gelé puis, m’éloignant du second, gagne la crête séparant les vallons de Literola (nous sommes en Aragon) et de Remune. Mais je ne me résous pas à basculer avant de vérifier que mes anglais ont achevé la descente. :ange: Je rentabilise l’arrêt par une pause casse-croûte.
Les anglais quittent la neige et je reprends la route. Je ne les reverrai plus. Après ce passage qu’ils n’ont pas dû apprécier, ont-ils décidé de descendre le vallon de Literole ? Ont-ils continué comme moi par le vallon de Remune, mais sans aller ensuite jusqu’à la Renclusa ?
La vallée de Remune est bien agréable, mais longue. Alors qu’elle se termine et que je débouche sur un plat, fatigue ou relâchement de la vigilance, mon pied roule sur une pierre. Je ne me rattrape pas et voila une superbe figure de style… Rien de cassé mais la main saigne assez abondamment. :rougefaché: Je maudis les doses d'anticoagulant que la médicine me recommande de prendre depuis cette intervention sur le cœur qui m’avait fait craindre en 2008 de ne pouvoir remarcher en montagne.
Voici l’Hospital de Benasque. Il commence à se faire tard et je me serais bien arrêté là :nono: mais le rendez-vous avec Gérard et Jim64 est à la Renclusa. Ils doivent venir de France, par le Port de Vénasque. Je vais peut-être les rencontrer avant le refuge. Profitant du plat, j’attaque le gigantesque sandwich confectionné par le gardien du Portillon. Le plat est fini, mais pas le sandwich. C’est pas facile de conserver son souffle tout en mangeant. L’allure se ralentit nettement. Nouveau plat, arrivée du chemin venant de France. Je scrute. Pas de Gérard ni de Jim64. Et voici l’ultime montée au refuge. On me fait signe du haut. C’est Gérard. « On était un peu inquiet de ne pas te voir arriver ». Effectivement, il est maintenant 18 heures 30. Cela fait près de onze heures que j'ai quitté le Portillon. :gene2: Le Gldn n’a rien d’une mobylette pour reprendre l’expression en vogue sur notre forum.
Installation, douche et à table. Waouh ! Ils ne sont pas venus les mains vides les amis. Foie gras et Jurançon. :miam: :alcool1:
Evidemment, nous faisons des envieux. Et nos voisins sympathisent facilement avec nous. Grands seigneurs, nous leur laissons un fond de foie gras. Et oui, les français sont comme ça, les princes de l’Europe. :fleur1:

Image
De la montée au Col Inférieur de Litérole, un regard au Lac du Portillon et à son refuge, et plus haut, au centre, au couple formé du Pic des Gourgs Blancs et du Pic Jean Arlaud...

Image
Un dernier regard vers le Portillon...

Image
Du col inférieur de Litérole, le vallon et les lacs du même nom

Image
Nos amis anglais achèvent la partie sensible de la descente du col de Literole

Image
Le vallon de Remune où il faut descendre

Image
Dernier regard sur le vallon de Lliterola (Aragon oblige) et le col du même nom. Le Pic Royo sur sa gauche

Image
Le cirque de Remune, début du vallon

Image
Cette cascade figure dans la dernière édition du Véron. Elle m'intriguait de part sa forme

Image
Le massif de la Maladeta apparait

Image
Un bien beau vallon que ce valle de Remune

Image
Et voici l'Hospital de Benasque

Image
Le Plan del Espital


Onzième jour. La Renclusa-Espitau de Vielha. Gérard et Jim64 sont venus pour cela, m’accompagner jusqu’au franchissement du Coret de Molieres. Petit déj et c’est parti. Enfin, pas vraiment…
Je saisis mon sac et mince, je l’avais posé dans une mare d’eau, le fond est trempé. Jim64 me suggère : C’est pas ton outre (vous savez, le machin avec pipette très pratique pour boire, sauf qu’on ne sait jamais ce qu’il reste en réserve) qui s’est percée ? Manquerait plus que ça. Elle s’est jamais percée mon outre. Alors pourquoi ce matin ? Ben si, c’est ça et tout le sac est imbibé d’eau. :faché1:
Chacun s’affaire. Je sauve les cartes et tord un peu de linge. Jim64 trouve une bouteille vide en plastique pour la réserve d’eau. Bon, cette fois on part. Il fait frais et le sac me mouille les reins. Je me fais chambrer : « Il est bien ton sac auto réfrigérant. » :grr:
Je crains de ne pas avoir une allure assez rapide et ils ont prévu d’accomplir tout un programme après m’avoir mis sur la bonne route. Je m’en inquiète : « Non, ça va, c’est bon. »
Nous sommes maintenant sur les pentes du Pic de Molieres. Le col direct ou le pic. Le pic évidemment. Nous visons sur la droite et atteignons une crête poussant vers Sallenque. Nous sommes à l’abri du vent et décidons de faire la pause repas. Jim64 en profite pour me faire un pansement car la blessure de la veille est parfaite pour récupérer tous les petits grains de roche auxquels on ne fait pas attention en d’autres circonstances.
Plus que quelques mètres et nous sommes au sommet. C’est un des 212 « 3000 » recensés. Pour moi, ce n'est que le troisième. Nous sommes à 3010 et le regard porte loin. De l’Aneto aux Encantats. Gérard fait un panoramique. Il le publiera sur le site.
Descente au nord vers le col voisin. Effectivement, là aussi, comme pour Litérole, il y a une marche. Mais là, c’est du rocher. Repérage des lieux pour trouver le bon endroit pour descendre. Je me prépare à quitter les deux amis. Mais, bien plus expérimentés, ils ne veulent pas laisser le gldn tenter le diable bien qu’il assure vaillamment qu’il n’y a pas de problème. :frime: Ils préparent une corde. Première et modeste expérience de descente encordé. Pas d’incident. Je suis en bas du passage raide. La corde remonte. Nous nous saluons et nous séparons. C’est vraiment agréable de se retrouver pour un bout de chemin en cours de traversée. Encore merci les gars. :coeur:
Je pense en les quittant qu'il commence à se faire tard et qu'ils vont sans doute devoir écourter leur programme. J'ai quand même dû les retarder un peu. :gene2:
La descente vers l’Espitau de Vielha est plutôt longue alors que l’on voit le refuge depuis le Pic de Molieres. Je me sens un peu seul. :triste1:
Et au refuge aussi. Tout seul dans le grand dortoir. Cela me convient mais je m’enquiert : « Et vous me faites plus hôtel ? ». « Non, nous n’avons pas le droit depuis qu’un hôtel s’est installé plus bas ». Du moins, c’est ce que j’ai compris. Le repas est peu copieux pour un randonneur, alors je complète avec quelques amandes (mon alimentation miracle).

Image
Dans le vallon du Riu de l'Escaleta, Gérad et Jim64 procèdent à un échange d'expériences ;)

Image
Regard arrière. La pente s'est faite plus raide quoique régulière

Image
Vers le Pic de Molières, une progression facile du des roches usées par la glace aujourd'hui disparue

Image
Oui Gérard, c'est là, à l'abri du vent, que nous allons festoyer

Image
L'arrivée au Pic de Molières. Gérard cherche le bon endroit pour fixer un panoramique

Image
Du pic, l'Aneto

Image
L'Aneto toujours

Image
Le vallon de Molières

Image
Descendre un peu pour atteindre le Coret... et trouver le bon endroit pour descendre dans le vallon

Image
Merci encore et au revoir :super:


Une bonne nuit. Il fait beau mais ma bouteille plastique ne m’inspire pas confiance pour les journées qui vont venir. Me voilà parti rejoindre Vielha et faire quelques achats. Ce sera une journée de repos que je me suis reproché lorsque j’ai appris que la météo devait se gâter le lendemain.


Treizième jour mais onzième étape. Espitau de Vielha-La Restanca. La météo annonce la pluie. Le départ se fait sous le gris mais le Port puis le lac de Rius sont atteints et dépassés sans la moindre goutte. Je snobe le GR11 et reste sur la HRP. L'estany Tort est à moitié vidé et voici le Colhada de Lac de Mar. Vue inoubliable par beau temps, dit mon édition du Véron. Il ne fait ni beau ni chaud et le vent se met de la partie, mais c'est beau. Pose casse croûte. Mais le vent forcit et les nuages virent à l'encre. J'écourte la pause et descend. Rapidement je suis sur de la terre. Il ne pleut pas encore. Le sol est mouillé mais cela ne glisse pas trop. Je dépasse la plage à l'extrémité sud ouest du lac, qui par beau temps doit être tentante. Et voila la pluie. J'interromps le cheminement le long du lac et m'équipe des vêtements de pluie. Et ça repart, sans grande visibilité. Voici le goulet puis la plongée sur le Lac de la Restanca et le refuge.
Installation, douche... et voilà mon allemand de Viados qui arrive. :alcool1: Je ne comprends pas tout. Il est là car il n'a pas trouvé "le passage" et avec ce temps, il n'a pas insisté. Moi, j'insiste : "Quel passage ?". De l'Aranais (ou du catalan ?) prononcé par un allemand qui fait des efforts pour me parler anglais... je capitule et m'en tiens à l'évidence : Nous avons marché sur des itinéraires différents depuis 6 jours et nous nous retrouvons. Ferons nous désormais route commune ? Non, il vise directement Alos de Isil et moi je vais à Amitges. Du moins, à ce moment, je le crois encore.
Le refuge s’anime. Une femme arrive, la tête bandée et la bande souillée de sang. Une arcade, bien ouverte, pend sur l'oeil. :o Son compagnon transporte un très jeune enfant. Tout le monde est trempée. La femme a glissé sur une racine mouillée par la pluie qui ne s’est jamais arrêtée. Saloperie de racine. Le gardien apprécie la blessure, parle évacuation et hélico. Refus de notre blessée. Insistance. Nouveau refus. Arguments… Finalement c’est d’accord. L’hélicoptère arrive assez rapidement. Négociation : On n’évacue que la blessée ; c’est la réglementation. Mais le petit, il va redescendre sur le dos du père sous la pluie battante jusqu’à Arties ? Les Bomberos cèdent. :drapeaublanc: L’enfant embarque avec la mère et le père s’élance sur le sentier d’Arties, et on passe à table. :miam:

Image
De la montée au Port de Rius, le vallon de Molières

Image
Passé le port, le Lac de Rius

Image
Toujours le Lac de Rius

Image
Vers le déversoir du Lac de Rius

Image
Le Lac Tort de Rius a perdu beaucoup de son eau

Image
Du Colhada de Lac de Mar, le chemin parcouru depuis le Lac de Rius

Image
Du col, le Lac de Mar

Image
Bordant au sud est le Lac de Mar, la Serra Tumeneia qui monte vers le Besiberi Nord

Image
La "plage" du lac de Mar

Image
Passé le déversoir du Lac de Mar, le sentier chute vers le refuge de la Restanca...

Image
...refuge qui bientôt apparait


Quatorzième jour. Il a plu une bonne partie de la nuit et le refuge est dans les nuages. :/ Fait-il beau plus haut ? Le gardien anéantit tout espoir. :nono: Non, la météo est formelle et son expérience aussi. Parti comme c’est, c’est au moins deux jours de mauvais. Bon, tant pis. Pour l’heure, le brouillard mouille mais la pluie s'est arrêtée. En avant pour Amitges, enfin, d’abord pour Colomers par le Port de Caldes. Montée dans la brume. Passé le Port de Goellicrestada, plusieurs sentiers, aucune visibilité, boussole en main, je tâtonne pour trouver le chemin vers le Port de Caldes. Finalement, j’y arrive. Petite éclaircie, on voit bientôt le Lac de Colomers. Je laisse le nouveau refuge sur la droite et vais m’installer sur la terrasse de l’ancien pour la pause repas.
Curieux emplacement que celui choisi pour le nouveau refuge. Les soirs où il fait beau, le soleil ne doit pas être là longtemps et pourtant une grande terrasse a été aménagée.
Pause terminée, je repars mais la pluie et le brouillard décident de m’accompagner. On ne voit quasi rien ; Il faut dire qu’avec pour seule lunettes de vue mes lunettes de soleil, je ne suis pas avantagé. Au moins deux jours comme ça, au moins… Je repense aux paroles du gardien. J’aurais peut-être pas dû, la détermination à garder le cap faiblit. Je commence à me dire qu’il serait plus sage de descendre à Salardu. Mais une dizaine de kilomètres de goudron, ça ne me tente pas non plus. Et si le temps venait à se dégager ? Je décide de prendre la direction de Saboredo. Si le mauvais temps continue, je descendrai sur Salardu par le GR 211-4, mais si cela s’améliore, je pourrai repartir vers Amitges.
Il n’y aura pas d’amélioration, alors cap sur Salardu. Ce sera long, très long et sous une pluie battante en permanence. Je préviens Amitges que je n’y passerai pas. L’eau finit par mouiller les chaussures, et les cartes, et le sac. Mais le reste est au sec. A Salardu, J’ai cru lire qu’il y avait 17 kilomètres depuis Saboredo. Mais, à ce moment, il faisait nuit et sous la pluie… Cela fait néanmoins, et dans les conditions du jour, une étape d’enfer. A l’arrivé, à la différence du ciel, après une telle journée, mon objectif est clair. Un hôtel et un jour de repos et séchage.
A Salardu je consulte des cartes. Des alpina au 1/25000 qui pour certaines m’apparaissent bien plus précises que celles que je connaissais jusqu’alors et où ne figuraient que les courbes de niveau et aucune indication sur la nature du terrain. Apparemment, on peut éviter le goudron lorsqu'on descend directement de Colomers sur Salardu. On peut en effet prendre un chemin à Banhs de Tredos, un chemin qui, en gros, plein nord, rejoint le GR211-4 que je viens d'emprunter et qui, lui, suit la vallée de l’Arriu de Ruda.

Image
L'un des lacs de Colomers : L'estanh Mort

Image
Le barrage du Lac Major de Colomers et l'ancien refuge

Image
Le nouveau refuge

Image
Le brouillard revient et la pluie avec lui

Image
Le Lac de Cloto de Baish


Quinzième jour, repos. Super hôtel, et pas cher : Des tarifs hors saison imbattables si on les compare au côté français. Tiens, on est le 18 septembre. C’est mon anniversaire. :anniv: Un bon repas s’impose. :miam: :miam:


Seizième jour mais seulement treizième étape. Désormais à Salardu, plus question de Mataro, d’Airoto. Le super mix des parcours de Gérard et de Scal, ce sera pour une autre fois. :/
L’objectif, c’est directement Montgarri par le GR 211. Et malgré ma troisième journée d’arrêt je me retrouve dans les temps définis au départ. :ange:
Je ne suis pas sorti de Salardu que devant moi… mon allemand. Il ne devrait pas être là mais avec le mauvais temps, il a fait à peu près comme moi mais a choisi de dormir en refuge. Un vrai sportif, pas un randonneur de luxe avide de confort comme ce gldn.
Sources de la Garonne (enfin, une des sources), on échange nos coordonnées, on se sépare, il rejoint Alos de Isil. Quelques dizaines de mètres plus loin, les sources de la (?) Noguera Palloresa. Pour la Garonne, c’est direction l’Atlantique (ça c’est pour les nuls en géographie) et pour l’autre la méditerranée. Je suis donc sur la ligne de partage des eaux.
Plus loin, un véritable chemin a été viabilisé pour les VTC. Et beaucoup de cyclistes l’empruntent. Pas agréable. Un sentier s’étire un peu plus haut sur la gauche ; je l’emprunte. Il s’écarte un peu et arrivé à l’orée d’un bois, un ruban coupe le chemin. Discipliné, je suis le ruban mais cela m’éloigne de plus en plus. Alors je le franchis et me voilà hors sentier traversant le bois en descendant progressivement. Je vais retrouver le sentier me dis-je… Des éclats de voix, lointains puis une détonation, puis une autre… Du gros calibre. Gros calibre ? Sanglier ? Battue au sanglier ? Je file en scrutant les sous-bois. Finalement le gldn ne sera pas pris pour un sanglier. A Montgarri, on me confirmera la battue en me disant que des veilleurs devraient être postés pour prévenir les randonneurs mais nous sommes en septembre et les randonneurs, même le dimanche, sont moins nombreux. Et puis, les chasseurs du coin ont la réputation de ne pas s'embarasser des randonneurs. :rougefaché:
Montgarri. Ah Montgarri... Ce qu’on y mange bien. Et on y dort tranquille : deux randonneurs ce dimanche soir, et logés dans des dortoirs différents…

Image
Sur le GR211, au dessus de Salardu. Le mauvais temps des trois jours précédents semble avoir blanchi l'Aneto

Image
Arrivée à Montgarri où l'on retrouve la piste

Image
Montgarri

FIN DE LA PREMIERE PARTIE

"Ah bon, c'est pas encore fini, il y a une suite ?" Euh oui, je n'ai pas pu tout inclure dans ce message car on ne peut écrire plus de 60 000 caractères :gene2: :gene2: :gene2:


Dernière édition par gldn le 24 Jan 2011 19:11, édité 41 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 05 Jan 2011 08:43 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 21 Jan 2008 18:47
Messages: 221
Localisation: Ariège
Bonjour,

superbe récit qui traduit bien le doute et la joie du cheminement en terres inconnues. :amen:
vivement la suite :super:

_________________
http://picasaweb.google.fr/epicea87


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 05 Jan 2011 12:25 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Avr 2003 13:51
Messages: 7907
Localisation: Eaunes (Muret)
oui beau récit, c'est pas grave que ce soit long, c'est juste bizarre de lire ça dans le forum "Photos" :D
On y découvre la difficulté de choisir son tracé HRP : il y a tellement de possibilités ...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 05 Jan 2011 12:42 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 02 Juin 2008 21:22
Messages: 685
Localisation: Luchon, sauf rando !
cyril a écrit:
c'est (...) bizarre de lire ça dans le forum "Photos" :D
...

Oui, c'est bizarre... pour le moment, car de même que le récit va continuer, les photos vont arriver. Mais je dois faire cela avec un débit significatif dont je ne dispose pas toujours.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 05 Jan 2011 13:04 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Sep 2009 09:37
Messages: 2258
Localisation: Tarascon/Ariège
:super: le récit
gldn "Finalement, ce forum, c’est vraiment bien, vous ne trouvez pas ?" re :super:

_________________
Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ https://www.facebook.com/pages/Pyr%C3%A8ne-et-Pascale/493319630691998?sk=photos_albums
•·º♫·》 https://picasaweb.google.com/110024714243832792020
Image


Haut
 Profil Site Internet 
 
MessagePosté: 05 Jan 2011 23:46 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Avr 2007 21:13
Messages: 2015
Localisation: Hautes-Pyrénées
Bonsoir,

Superbe récit (cité deux fois, je ne peux avoir que des a priori :P )
Tellement captivant (et bien écrit, si, si) qu'on ne voit pas les mots passer.
Vivement le prochain feuilleton.

A bientôt
Gérard

_________________
Mes deux petits sites en un Pyrénées, chemins de traverse et La Haute Randonnée Pyrénéenne (H.R.P.) à contre-courant


Haut
 Profil Site Internet 
 
MessagePosté: 05 Jan 2011 23:56 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Fév 2008 21:28
Messages: 1257
:super: Que ça donne envie, même si on en chie, ça doit quand même être bon...
Tu le sors quand ton bouquin ???

_________________
J'ai senti en quittant les Pyrénées
Que je laissais un pays enchanté


Haut
 Profil Site Internet 
 
MessagePosté: 06 Jan 2011 18:34 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2007 08:09
Messages: 1110
Localisation: Toulouse
gldn a écrit:
Je m’en amuse : « Ce qu’un chien a fait, un homme peut le faire. » :mdr3:


C'est curieux de lire celà, alors que ce matin, en allant à Nantes j'écoutais un DVD audio de terre des hommes de St Ex. A un moment, son ami Guillaumet dit:" Ce que j'ai fait, je le jure, jamais aucune bête ne l'aurait fait..." Bon, évidemment, il ne connaissait pas TYRON :mdr3:

gldn a écrit:
Finalement, ce forum, c’est vraiment bien, vous ne trouvez pas ? :coeur:


Oui, ce forum est vraiment super. On attend la suite et les photos avec impatience

Alain

_________________
"Parce que la montagne est là"
G. MALLORY

http://www.flickr.com/photos/50076101@N08/sets/
http://z2a31.over-blog.com/


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Jan 2011 22:10 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Mai 2010 22:37
Messages: 1440
Localisation: Toulouse/Paris
Super récit ! Agréable à lire et sans superflu ... :super:

Je tiens quand même à te féliciter car le temps pourri et les incidents (genre celui des lunettes) ne t'ont pas épargnés ... :amen:

La suite ... La suite ... !

_________________
On est plus brave dans les montagnes quand on est seul. C'est un bonheur d'être deux, c'est une leçon d'être seul.

Henry Russell


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Jan 2011 13:21 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 12 Juin 2006 11:21
Messages: 4210
Localisation: TOULOUSE
Ouf !
Prolixe en prose qu'il disait du gldn Gérard....
je dirais même....très prolixe ::d
Captivant récit avec pleins d'aventures !
Par contre je me sens un peu responsable de celle du col de la Robinera pour n'avoir pas été assez précis :(
J'y suis passé en descente....depuis le col en partant en traversée descendante vers le col de la Munia, pour rattraper ensuite le sentier, et descendre avec aux Lacs de la Munia !!!
Je comprends donc parfaitement le mal que tu as pu avoir en prenant quasiment tout droit :ghee: (même en montant !)
Par contre je suis heureux de la sage décision dans le coin du Valier....
Les dires du gardien des Estagnous ne sont pas exagérés....
Les pentes herbeuses avec un piolet...et sèches je ne les ai pas tellement appréciées, alors je n'ose imaginer mouillées....
Confirmation que Montgarri est un havre gastronomique :ange:

Bravo donc pour cette partie de HRP :amen:
De tout manière on est toujours confronté à des changements entre la météo, la fatigue ou les imprévus personnels !
Le seul ennui de terminer en Ariège profonde....c'est que pour en repartir tôt ça manquera de moyens de transports commodes....

A+ :hello: :hello: :hello:


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Jan 2011 15:00 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Mai 2010 22:37
Messages: 1440
Localisation: Toulouse/Paris
bravo à toi, ça me rappelle des épisodes de cet été surtout vers Salau.

Bonne continuation

_________________
On est plus brave dans les montagnes quand on est seul. C'est un bonheur d'être deux, c'est une leçon d'être seul.

Henry Russell


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 11 Jan 2011 07:18 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 02 Juin 2008 21:22
Messages: 685
Localisation: Luchon, sauf rando !
dinosaure a écrit:
Ouf !
Prolixe en prose qu'il disait du gldn Gérard....
je dirais même....très prolixe ::d
Captivant récit avec pleins d'aventures !
Par contre je me sens un peu responsable de celle du col de la Robinera pour n'avoir pas été assez précis :(
J'y suis passé en descente....depuis le col en partant en traversée descendante vers le col de la Munia, pour rattraper ensuite le sentier, et descendre avec aux Lacs de la Munia !!!
Je comprends donc parfaitement le mal que tu as pu avoir en prenant quasiment tout droit :ghee: (même en montant !)

En vous contant par le menu mes aventures, j'avoue que je me fais un peu plaisir. :gene2: Mais cela donne une idée assez exacte de ce que l'on vit pendant ces journées. Et puis, certains y trouveront peut-être quelques renseignements utiles.
Non, Dinosaure, tu n'est pas responsable de mon manque manifeste de jugeote. Trop sûr de moi dans la compréhension du parcours, je n'ai pas jugé utile de continuer à monter en avançant plus au nord pour bien apprécier les lieux. J'ai ensuite persévéré dans l'erreur alors que j'aurais dû être saisi par le doute, ceci pour une raison paradoxale : Je me considère comme peu expérimenté et j'ai tendance à analyser les difficultés rencontrées sur le terrain comme les conséquences de mon faible niveau et non comme révélant un problème dans la voie choisie. J'en ai tiré des enseignements.
:hello:


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 14 Jan 2011 20:34 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 02 Juin 2008 21:22
Messages: 685
Localisation: Luchon, sauf rando !
DEUXIEME (et dernière) PARTIE


Dix septième jour. Montgarri-Les Estagnous, comme prévu. Il fait beau, pas très chaud, mais beau. L'étape du jour se confond avec une de celles du "Pass'Aran", une boucle de cinq jours entre Arège et Aran. Longue montée sur le GR Transfrontalier jusqu’au port de la Girette puis le passage de la Lègne. Si j’en crois la carte française car l’espagnole ne mentionne pas le premier port et nomme le second Port de Gireta. Descente sur l’étang long, pause repas au bord de l’étang, passage sécurisé par quelques câbles pour ceux qui préfèrent assurer le long de l’étang et c’est la descente brutale et plutôt exposée sur l’étang rond. Il y a des cables mais, sensibles au vertige s’abstenir. Ensuite, on remonte vers le refuge des Estagnous. Nous serons Cinq avec le gardien : Un couple espagnol qui vient du Pla de la Lau et va au Valier, un accompagnateur de randonnée qui se fait plaisir seul et qui bivouaquera à quelques mètres, et moi.
Discussion avec le gardien. Vous allez à Salau. Oui, par les crêtes. C’est pas une bonne idée, demain sera humide, les pentes sont très raides et herbeuses. Vous avez un piolet ? Oui, j’ai mon piolet mais je n’ai jamais eu l’occasion de m’en servir ni de m’exercer pour ce qui est des glissades. Alors n’y allez pas. Bon, je me souviens que Scal avait dû lui aussi renoncer et passer par la cabane d’Aula.
Avec le soir, le temps se couvre et le froid fait une arrivée remarquée mais le gardien est très disponible et nous passons une excellente soirée passée à discuter montagne.

Image
Vers le port de Girette, l'Aneto

Image
Le Lac Long aux pieds, de gauche à droite, du Mont Valier, du Petit Valier, puis, séparé par Peyre Blanc, du Pic de la Pale de la Clauère qui précède le col du même nom...

Image
Le Lac Long où une pause s'impose

Image
La rive sud du lac et le cable pour ne pas plonger involontairement

Image
Du déversoir du Lac, regard arrière vers le Port de Barlonguère, d'où l'on vient

Image
Du refuge des Estagnous, le Lac Long (si, si) et son déversoir, et le Lac Rond. La marche entre les deux est sévère


Dix huitième journée. Les Estagnous-Salau. Fait pas beau, nous sommes dans les nuages et cela mouille bien. Arrivé au col Faustin, pas de visibilité. Monter au Valier comme je l’aurai fait par beau temps ? Pas envie ; c’est pas dans « ma » hrp et pour ne rien voir... Direction le Petit Valier. On met les mains mais rien de méchant et descente sur le col de Peyre Blanc. Tiens des Isards, et en nombre. A ce moment, le brouillard s’est quelque peu déchiré et j’hésite : Les crêtes ou la cabane d’Aula ? Je cherche du regard le chemin pour les crêtes, en repère le départ mais ne vois pas bien comment ensuite on passe sur le flanc du Pic de la pale de la Clauère. Je me remémore les indications données sur notre site par Dinosaure… Puis je pense à ce que m’a dit le gardien. Par temps humide et incertain en visibilité, n’y allez pas. Prudent ou timoré, je décide de descendre à la cabane d’Aula.
La descente, justement, elle est raide et sur des éboulis fuyants, très fuyants. Bon, ça passe quand même. Plus tôt en saison, je pense que l’on descend sur neige et avec des crampons on doit avoir moins de difficultés. Je sors des éboulis, progresse maintenant sur une trace dans l’herbe et voilà le déluge. Opération vêtement de pluie. On reprend la descente. On se rapproche de la cabane mais la pluie redouble et le sentier désormais mieux marqué comporte de nombreux passage terreux. Dans ces conditions, la terre, c’est une patinoire. J’ai réellement des difficultés pour rester débout et je n’avance que très lentement. Je croise deux randonneurs qui montent. Ils vont lentement eux aussi mais la montée se confirme néanmoins nettement plus facile que la descente. Nous échangeons brièvement et nous repartons. Finalement voici la cabane où passe le GR10. Je m’y installe, me fais sécher et casse la croûte. Seulement voila, il commence à se faire tard. Je me rhabille. Je dois maintenant remonter en suivant le GR10. J’avale les 500 mètres de dénivelé à toute vitesse. En haut, une alternative, rejoindre les crêtes par le port d’Aula ou descendre dans la vallée jusqu’à Couflens. Mais j’ai réservé à Salau et faire Couflens Salau en taxi, c’est pas une HRP attitude ! Il est tard, mais tant pis, j’accélère vers le Port d’Aula. De là, à flanc, sans trop descendre, gagner le port de Salau. C’est encore assez loin. A plusieurs reprises je pense arriver au Port dès le prochain plissement de terrain. Erreur, c’est encore plus loin. J’alterne marche et pas de course. Il est sept heures vingt quand j’arrive au port de Salau. La nuit sera complètement noire entre huit heures et huit heures trente. Je n’ai aucune lumière et seulement les lunettes de soleil. Et du Port au village, la route est longue.
Je dévale comme un vrai djeun mais la nuit me prend lorsque je pénètre dans la forêt ; On y voit franchement rien et le sol n'est pas régulier. De jour, pas de problème. mais là... Je ralentis. Une clairière et la lune s’est levée… mais le sentier n’est plus marqué, c’est de l’herbe partout et je perds toute trace. J’entends un torrent. Il est là et me barre la descente ; Où et comment le franchir. Je perçois bien des rochers mais, réellement, ne sais s’ils sont sous la surface ou s’ils affleurent. Finalement, je m’engage… et je passe. C’est gagné. Non, il y en a un autre. Finalement, ça passera aussi. Reste à retrouver un sentier et, à force de descendre, la lune est maintenant cachée par les monts environnants. Je perçois un petit rocher isolé un peu plus haut. Un rocher, c’est un bon endroit pour mettre des marques et des marques le sentier devrait en être pourvu car depuis le col j’emprunte un GR transfrontalier. J’approche. Je sors mon téléphone. Pas de réseau mais une lueur qui me permet de voir deux petits traits rouge et blanc. C’est bon, je suis sur le sentier. J’arriverai finalement à l’auberge où j’avais réservé à dix heures moins le quart. L’inquiétude des hôteliers était manifeste. Sachant d’où je venais, ils avaient appelé le refuge des Estagnous. Le gardien avait dit : « Par le bas, c’est très long, il peut encore arriver. Il a l’habitude de la montagne. » Ainsi, le gldn était reconnu comme un vrai montagnard. :frime: :ange:

Image
Le Col de Peyre blanque, quelques isards un peu avant le col, et la silhouette du Pic de la Pale de la Clauère, qui n'était pas attirant ce jour là

Image
Un instant de visibilité sur le Lac Long et une partie de l'étape de la veille. Le Pic des Trois Comtes (à gauche) et le Pic de Barlonguère au centre droit

Image
Si le passage sur les flancs du Pic de la Pale de la Clauère me posait question, la descente du col de Peyre Blanque mérite un minimum d'attention... comme il est dit élégamment dans les livres

Image
D'abord, sous la pluie, plonger jusqu'à la cabanne d'Aula (qu'on ne voit pas) puis remonter en face, sur le GR10, jusqu'au Couret des Etangs, avant, sur la droite, de gagner le Port d'Aula

Image
Le Port de Salau et les vestiges d'un bâtiment témoin de l'industrie du bois et du papier, comme des importants échanges entre les vallées d'Espagne et de France

Image
Non pas les restes d'une ligne électrique mais toujours les vestiges du transport du bois d'Espagne en France.
A ce moment, il n'y a plus qu'à descendre, au pas de course, mais cela va néanmoins prendre du temps, et la nuit n'attend pas le randonneur attardé...



Arrivé à bon port, la fatigue se révélait, impérieuse. Exténué, je renonçais alors à marcher le lendemain, d’autant que Dinosaure l’avait écrit, l’étape Salau–Certascan, c’est long et pas évident. Mais prendre une journée de repos ne me permettait plus, ensuite, de gagner Mounicou, sortie possible de ma portion de hrp de l’année. C’est donc à Salau que s’arrêta mon épopée 2010.
Dès le lendemain, je regrettais de ne pas être allé jusqu’à Mounicou X( (El Serrat était la destination extrême si tout se passait bien ; Mounicou était en fait le plus probable). A mon arrivée à Salau, l'épuisement avait eu raison de ma volonté. Mais peut-être la sagesse, ainsi, avait parlé.
A ce propos, parti faisant 82 kilos, j’en faisais 75,8 à la fin. Je ne m'étais donc pas trop écouté et avais puisé un peu dans mes réserves. :ange: :ange:

J'allais oublier, mon allemand, et bien, l'hôtelière, allant faire des courses, l'avait enmené en voiture plus bas dans la vallée. Il avait passé la nuit précédent mon arrivée à Salau dans une cabane dans la descente du col. Mais, pourtant, après Alos de Isil, il devait rester au sud et aller directement à Certascan... ???


Reste à continuer cette HRP. Ayant déjà marché entre Puymorens et le Canigou, il me faudra l’an prochain au moins faire Salau-Puymorens, et puis revenir dans les Encantats shuntés cette année, et puis, et puis…


Remerciements à toutes celles et ceux qui m’avaient aidé à préparer cette petite aventure, notamment Scal, Dinosaure et Gérard et à ceux qui sont venus à ma rencontre, Gérard et Jim64, et à Sagarmatha qui put assurer à la France entière qu’à mi-chemin, j’étais toujours vivant.
:coeur: :coeur: :coeur:


:hello:


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Jan 2011 18:52 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Avr 2007 21:13
Messages: 2015
Localisation: Hautes-Pyrénées
Bonsoir,

Après la trêve des confiseurs suivie d'une longue panne d'ordinateur, J'ai pu lire le second épisode.
J'en suis de plus en plus convaincu, les non-Hrpistes ne connaissent pas leur malheur.

A bientôt
Gérard

_________________
Mes deux petits sites en un Pyrénées, chemins de traverse et La Haute Randonnée Pyrénéenne (H.R.P.) à contre-courant


Haut
 Profil Site Internet 
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 messages ] 




Articles en relation avec le sujet
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Ihatea, ou aventures dans les Arbailles

Senpertar

6

982

15 Mai 2018 18:50

eyra Voir le dernier message



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 15 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à: