Nous sommes le 29 Oct 2020 09:13




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 38 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 12 Oct 2020 19:23 
Hors ligne
Promeneur (neuse)
Promeneur (neuse)
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Sep 2020 09:49
Messages: 6
Ha le Vercors, oui c'est paumatoire à souhait ! Nous par contre on a été servi par la neige pour notre traversée :)
Et en passant, voici la taille d'un sac avec tout le nécessaire pour le bivouac hivernal et quelques jours de nourriture.

Image

Image


Haut
 Profil Site Internet 
 
MessagePosté: 14 Oct 2020 10:51 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 19 Avr 2015 05:41
Messages: 898
Localisation: 31
Bonjour,

Pour les records : http://www.erikclavery.com/

9 jours , 9 heures pour tout le GR !

Il y a deux gars qui ont fait récemment ( 2,3, ou 4 ans, me rappelle plus) la traversée sans nourriture embarquée en cueillant des fruits et en quémandant auprès de riverains. Je n'arrive pas à trouver un article sur Google. Ils avaient fait une tentative l'année précédente mais en se gourant sur la période : au bout de quelques jours, faute de trouver des fruits, ils avaient arrêté.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 14 Oct 2020 10:56 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 29 Juin 2007 15:21
Messages: 2449
Localisation: Lavelanet / Tournefeuille
Pas tout le GR mais une partie parce que le tracé du soi-disant record évite la partie Gavarnie Vignemale, ce qui fait donc un très morceau en moins !

_________________
Baliseur adjoint
Il n'y a qu'une chose qui puisse rendre un rêve impossible, c'est la peur d'échouer (Paulo Coelho)


Dernière édition par Cedric09 le 19 Oct 2020 08:29, édité 1 fois.

Haut
 Profil Site Internet 
 
MessagePosté: 18 Oct 2020 08:03 
Hors ligne
Montagnard (e)
Montagnard (e)

Inscription: 22 Sep 2020 12:09
Messages: 74
dinosaure a écrit:
depuis Véron il y a eu bien des méthodes utilisées pour traverser...
la rapide de kilian Jornet....qui a marquée les esprits....c'est la mode d'aller très très vite


Trés, trés vite... à la mode occidentale, enfermée dans l'olympisme.
A la sauce orientale, un lung-gom-pa, s'il s'intéressait à la traversée des Pyrénées, certainement pas pour les raisons de Jornet ou Clavery, ferait l'intégrale en trois ou quatre jours, sans aucune logistique.
Non, ce n'est pas un canular !


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 20 Oct 2020 10:55 
Hors ligne
Montagnard (e)
Montagnard (e)

Inscription: 22 Sep 2020 12:09
Messages: 74
Quelque soient les précautions prises, le sérieux de la préparation physique et mentale, le soin apporté à la navigation, la traversée des Pyrénées reste une aventure à plusieurs inconnues: les conditions météo, les vitesses de progression, les durées de récupération, les blessures aux pieds, notamment.
Garder de la marge autant que possible, me parait un bon principe.
Les occasions de s'accorder intimement aux Pyrénées sont trop rares pour les gâcher ou les gaspiller.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 20 Oct 2020 11:00 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Déc 2011 10:49
Messages: 1100
Localisation: Carcassonne/Le Soler
Bourdon a écrit:
Quelque soient les précautions prises, le sérieux de la préparation physique et mentale, le soin apporté à la navigation, la traversée des Pyrénées reste une aventure à plusieurs inconnues: les conditions météo, les vitesses de progression, les durées de récupération, les blessures aux pieds, notamment.
Garder de la marge autant que possible, me parait un bon principe.
Les occasions de s'accorder intimement aux Pyrénées sont trop rares pour les gâcher ou les gaspiller.

Un rêve pour beaucoup d'entre nous.

_________________
Ludovic
^___^
(='o'=)
(| . |)
(")/ \(")
http://randoludo.blog4ever.com
http://matraversee.blog4ever.com
https://3000catalans.blog4ever.com


Haut
 Profil Site Internet 
 
MessagePosté: 20 Oct 2020 14:19 
Hors ligne
Montagnard (e)
Montagnard (e)

Inscription: 22 Sep 2020 12:09
Messages: 74
lpnaute a écrit:
C'est une prouesse technique et élégante. Une prouesse à la hauteur de cet homme.

La montagne m'apparait comme une invitation permanente à l'élégance.
La beauté d'une trajectoire épurée à travers neiges et rocs, c'est une signature, comme le disait Gaston Rebuffat à propos d'une trace.
Plaisir de maintenir en place une pierre instable sous le pied afin d'éviter de blesser les grimpeurs voisins. Souci d'initier une trace impeccable sur névé, à la montée comme à la descente. Modulation harmonieuse de la progression pour s'accorder profondément avec les éléments naturels, avec un corps sensible qui n'est pas une machine à record.
Elégance du premier de cordée s'effaçant avant le sommet pour permettre à ses compagnons de découvrir avant lui l'ampleur du panorama. Echanges rares à voix basse pour ne pas troubler le recueillement devant la beauté du monde.
Humilité et retenue pour ne pas risquer froisser quelqu'un, pour fraterniser sans ombre.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 20 Oct 2020 17:05 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 12 Juin 2006 11:21
Messages: 4711
Localisation: TOULOUSE
Bourdon a écrit:
Elégance du premier de cordée s'effaçant avant le sommet pour permettre à ses compagnons de découvrir avant lui l'ampleur du panorama.
:hello: :hello:
je n'ai connu cela qu'une fois....

On était venu au refuge du portillon le WE de la finale de la coupe du monde 98...
J'envisageais les Gourgs Blancs...mais Anne-Marie Dorche la célèbre gardienne du refuge me l'avais déconseillé....disant de revenir l'année prochaine plus tôt en saison...
on avait donc été au perdiguère cette année là...

retour début juin 1999...Anne-Marie nous dit qu'à sa connaissance le pic n'a pas encore été fait et de lui raconter....après...

nuit pas terrible orage...le matin une cordée de 4 part vers le pic mais en passant par le pic arlaud....et une autre cordée est partie se recoucher...météo très moyenne...
on part....et effectivement sur le trajet on ne trouve pas de traces...on le fait par l'ancienne voie normale donc par le nord...ça monte raide au pied de la cheminée....
en m'étirant du haut de mon 1,72 m j'arrive juste à accrocher le piton qui permet de s'assurer...
la cheminée c'est du III, puis travers relai...puis passage sous une grosse corniche qui ne donne pas trop confiance...
tout en montant on a vu fondre sur nous de très loin deux points noirs qui se sont rapprochés à toute vitesse....on est sur la crête plus très loin du sommet mais pas à coté quand même...dans la neige...
ils nous rattrapent .... on se serre pour les laisser passer...

le premier me dit...."il n'en est pas question...vous étiez devant...vous avez fait la trace...vous allez arriver devant..." !!!! LA CLASSE... :amen: :amen: :amen:

j'avoue humblement que je n'aurais même pas eu la présence d'esprit de faire pareil :gene2: :gene2:

la météo n'est pas terrible....les gars partent rapidement au pic arlaud...on y va aussi...on est juste à la partie dure qu'ils en reviennent déjà....
on y monte....on va retrouver les 4 du refuge....et on revient au col où ça devient l'embouteillage....
les 2 recouchés s'étaient relevés :mrgreen: il y a en plus un groupe de 8 qui arrive....peut être :pleur4:d'autre je ne compte pas...avec quelques coups de tonnerre pour l'ambiance... :(
les 4 ont une 90 m et font un rappel direct depuis le col...
nous on revient au relai...et on va profiter d'une corde plus longue que notre courte 30m
que vont nous laisser gentiment utiliser les 2 du refuge...

les 2 rapides sont en bas et loin depuis longtemps...
on suivra de loin....on sera les 4 a avoir fait les deux pics...
je téléphonerais ensuite à Anne Marie pour lui dire que son pic tranquille avait vu une vingtaine de personnes d'un coup :mrgreen:

et un copain de la même taille que moi venu la semaine d'après a été obligé de mettre une cordelette au bout de son bâton pour atteindre le piton...c'est dire la vitesse de fonte....
après c'était plus la peine sauf à passer du IV ou même du V pour atteindre la cheminée...

maintenant cette voie n'est plus vraiment utilisée...
et ça me fait penser que je n'ai jamais fait les Gourgs blancs par son versant espagnol :/


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Oct 2020 08:45 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Déc 2011 10:49
Messages: 1100
Localisation: Carcassonne/Le Soler
Belle aventure Dino !
Merci pour le partage de ces souvenirs de Pyrénéïste. :super:

_________________
Ludovic
^___^
(='o'=)
(| . |)
(")/ \(")
http://randoludo.blog4ever.com
http://matraversee.blog4ever.com
https://3000catalans.blog4ever.com


Haut
 Profil Site Internet 
 
MessagePosté: 21 Oct 2020 10:24 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Jan 2009 22:01
Messages: 1324
Localisation: Toulouse
dinosaure a écrit:
Anne-Marie Dorche la célèbre gardienne du refuge
Une figure et des souvenirs...
Montée fin mai (88) au refuge (le vieux, la baraque en bois), je peine dans la neige molle entre la Coume de l'Abesque et le refuge. En arrivant, bonne sieste des familles dans la chaleur des combles, réveillé par une petite troupe chargée, menée par Anne-Marie Dorche qui débute sa saison et me remercie pour la trace.

Quelques années plus tard, montée de nuit au Perdiguère, arrivé au refuge il y a une lumière, c'est elle déjà levée et qui m'offre un café dans la nuit finissante, avant que je reparte pour le sommet.

Cette vieille baraque était un vrai refuge (et donc sans douche: je me souviens d'un lavage au soir dans le torrent qui sortait d'un névé 50 mètres plus haut, pour les courbatures c'était radical!)


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Oct 2020 12:05 
Hors ligne
Montagnard (e)
Montagnard (e)

Inscription: 22 Sep 2020 12:09
Messages: 74
néthou a écrit:
dinosaure a écrit:
Anne-Marie Dorche la célèbre gardienne du refuge
Une figure et des souvenirs...

Aussitôt la traversée réalisée, j'étais revenu au refuge du Portillon rapporter un tube de pommade cicatrisante à Anne-Marie, qui, avec l'idée du pansement géant, m'avait sauvé de l'abandon, et je tenais surtout à renouveler de vive voix mes remerciements. Plus de trente ans après, ma reconnaissance est intacte. Merci encore !


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Oct 2020 11:52 
Hors ligne
Montagnard (e)
Montagnard (e)

Inscription: 22 Sep 2020 12:09
Messages: 74
lpnaute a écrit:
Bourdon a écrit:
Quelles questions se poser et dans quel ordre pour élaborer son projet de traversée pédestre des Pyrénées ?

Pour moi je ne vois qu'une seule idée : prendre du plaisir.
L'un trouvera le plaisir dans la vitesse, l'autre dans la solitude, un autre en respectant à la virgule près le topo. Chacun a sa façon de concevoir un tel projet, mais pour moi le maître mot est : PLAISIR.

Grâce à cette réponse, je me suis reposé la question du plaisir dans ma démarche de traversée des Pyrénées.
La vitesse ? Non, ce n'était qu'un moyen de réaliser un rêve dans le mois de congés payés.
La solitude ? Non plus, elle m'a été imposée par l'abandon de mes compagnons d'aventure, et m'a tourmenté plus que prévu.
Le respect du topo, à la virgule près ? Pas davantage par plaisir ! J'étais un si piètre navigateur à l'époque que le topo guide me servait de fil d'Ariane dans un labyrinthe.
De plus, la réputation de montagnard de Georges Véron m'intimidait trop pour penser une seule seconde me mesurer à lui. Alors, je me disais qu'en marchant plus longtemps chaque jour, j'aurais peut-être une toute petite chance de réaliser mon rêve.
J'entreprenais cette aventure, sans vraiment espérer réussir. Comment aurai-je pu savoir quels efforts seraient nécessaires, ignorant la plus grande partie du trajet ? Comment mon corps et mon moral allaient supporter cette fatigue, que je pressentais immense ? Comment échapper au brouillard, aux orages, aux accidents ? Le doute et le stress ont été mes compagnons de marche, tout simplement parce que je n'avais pas un niveau suffisant de randonneur. Les Pyrénées m'ont laissé passer !
En dernière analyse, je crois que c'est la force du rêve et la curiosité qui furent mon ressort.
Merci Ipnaute de m'avoir fait cheminer !


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Oct 2020 12:01 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Déc 2011 10:49
Messages: 1100
Localisation: Carcassonne/Le Soler
Bourdon a écrit:
lpnaute a écrit:
Bourdon a écrit:
Quelles questions se poser et dans quel ordre pour élaborer son projet de traversée pédestre des Pyrénées ?

Pour moi je ne vois qu'une seule idée : prendre du plaisir.
L'un trouvera le plaisir dans la vitesse, l'autre dans la solitude, un autre en respectant à la virgule près le topo. Chacun a sa façon de concevoir un tel projet, mais pour moi le maître mot est : PLAISIR.

Grâce à cette réponse, je me suis reposé la question du plaisir dans ma démarche de traversée des Pyrénées.
La vitesse ? Non, ce n'était qu'un moyen de réaliser un rêve dans le mois de congés payés.
La solitude ? Non plus, elle m'a été imposée par l'abandon de mes compagnons d'aventure, et m'a tourmenté plus que prévu.
Le respect du topo, à la virgule près ? Pas davantage par plaisir ! J'étais un si piètre navigateur à l'époque que le topo guide me servait de fil d'Ariane dans un labyrinthe.
De plus, la réputation de montagnard de Georges Véron m'intimidait trop pour penser une seule seconde me mesurer à lui. Alors, je me disais qu'en marchant plus longtemps chaque jour, j'aurais peut-être une toute petite chance de réaliser mon rêve.
J'entreprenais cette aventure, sans vraiment espérer réussir. Comment aurai-je pu savoir quels efforts seraient nécessaires, ignorant la plus grande partie du trajet ? Comment mon corps et mon moral allaient supporter cette fatigue, que je pressentais immense ? Comment échapper au brouillard, aux orages, aux accidents ? Le doute et le stress ont été mes compagnons de marche, tout simplement parce que je n'avais pas un niveau suffisant de randonneur. Les Pyrénées m'ont laissé passer !
En dernière analyse, je crois que c'est la force du rêve et la curiosité qui furent mon ressort.
Merci Ipnaute de m'avoir fait cheminer !

Avec plaisir. :)
Pour ma part j'attends avec impatience, comme un enfant le soir de Noël, d'avoir enfin le temps nécessaire pour réaliser d'une traite cette traversée.
Moi, j'ai découvert les Pyrénées sur 6 années, mais j'imagine aisément que réaliser la traversée d'une traite est tout autre chose.
Hélas le travail ne me permet pas cela.

Il paraît que dans la vie tout n'est question de choix, et donc moi je fais le choix du confort en gardant mon emploi, mais en faisant l'impasse sur 42 jours dans les Pyrénées.
Le jour où je ferai le choix du chômage, la question du temps libre ne se posera plus.

PS : petite précision, c'est Lpnaute ;)

_________________
Ludovic
^___^
(='o'=)
(| . |)
(")/ \(")
http://randoludo.blog4ever.com
http://matraversee.blog4ever.com
https://3000catalans.blog4ever.com


Haut
 Profil Site Internet 
 
MessagePosté: 22 Oct 2020 23:18 
Hors ligne
Montagnard (e)
Montagnard (e)

Inscription: 22 Sep 2020 12:09
Messages: 74
dinosaure a écrit:
Bourdon a écrit:
Elégance du premier de cordée s'effaçant avant le sommet pour permettre à ses compagnons de découvrir avant lui l'ampleur du panorama.

je n'ai connu cela qu'une fois....

Merci Dino, pour ce retour d'expérience.
Lorsqu'on emprunte une trace déjà faite, la progression est grandement facilitée et cette économie d'énergie et de temps constitue une dette vis à vis de ceux qui l'ont créée, et mérite donc un geste de remerciement.
Offrir la primeur du sommet, dès lors que la cordée ouvrant la voie en était proche, c'était la moindre des courtoisies, puis rester en retrait pour n'engendrer aucune gêne chez ceux qui précèdent et se savent plus lents.
La rareté de cette attention signalée par Dino est alarmante, car elle pourrait faire passer la fraternité montagnarde pour une illusion.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 23 Oct 2020 08:05 
Hors ligne
Montagnard (e)
Montagnard (e)

Inscription: 22 Sep 2020 12:09
Messages: 74
lpnaute a écrit:
Moi, j'ai découvert les Pyrénées sur 6 années, mais j'imagine aisément que réaliser la traversée d'une traite est tout autre chose.

A condition de ménager des temps de récupération suffisants, la traversée des Pyrénées en continu n'est pas plus difficile qu'en fractionné, au contraire me semble-t'il, car le corps, même bien entrainé, a besoin de quelques jours pour s'adapter à la répétition des efforts. Pour moi, c'est le quatrième jour qui indique que la fatigue de la veille est en grande partie résorbée. Le cinquième jour atteste soit qu'il ne reste plus de traces de fatigue de l'étape précédente, soit que je dois augmenter le temps de récupération, sous peine d'aller vers l'épuisement.
D'autre part, le rendement énergétique s'améliore aussi sensiblement au fil du temps permettant de mieux tirer profit de la nourriture ingérée.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 38 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante




Articles en relation avec le sujet
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. ce n'est pas dans les Pyrénées, mais...

epicea87

1

3201

06 Aoû 2010 11:20

olibarbo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. comment detecter les risques d'avalanches ?

igouan

1

3007

09 Mar 2005 12:20

cyril Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. QUand c'est pas drôle, comment se forcer.

ouzpak

12

6595

06 Avr 2016 21:21

djerando Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Comment avez vous escaladé le Mont Blanc ?

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

G2B

15

7195

22 Déc 2015 11:24

G2B Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Arnales: mais c'est où ?

seb_le_suisse

5

3392

02 Mar 2017 15:49

Le Meur Voir le dernier message



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 9 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à: