Nous sommes le 24 Avr 2017 08:22




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Cet inconnu
MessagePosté: 01 Oct 2016 03:00 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste

Inscription: 11 Oct 2013 04:02
Messages: 1693
:hello:
Cela fait un moment que je voulais faire ce sujet.
A tort peut être...

Ce lien http://www.pyrenees-team.com/forumpteam/viewtopic.php?f=4&t=14502 m'en donne l'occasion. Avant de répondre à la question de Mezzman au sujet de la mort prématurée des brebis, je veux dire ce que je pense de certaines idées propagées par des groupuscules.

Image
Je ne connais pas Olivaz, je ne vais certainement pas virer dans des propos déplacés, je suis bien placé pour en connaître les conséquences. Mais ses propos ressemblent beaucoup à ceux des anti-ours qui ont un discours très formaté. Leurs arguments ne bougent pas depuis des années, certains sont d'ailleurs parfaitement recevables.
Il y en a un qui m’énerve, c'est celui développé par Olivaz et qui dans les manifs. se concrétise par toujours la même banderole:
Image

Ou se genre de tag ( ici au Pla de la Lau):
Image

Je n'ai jamais su si c'était par pure provocation, par manque d'imagination ou si certains pensent réellement que la montagne leur appartient!

Image

Je voudrais vous faire part de mon expérience à Ustou: je suis un parfait citadin du tout ariègeois (mes 8 arrières grands parents n'étaient pas tous ariègeois) mais j'ai une grange retapée : pas d'électricité, pas de route devant chez moi, un réseau téléphonique coureranesque et une source capricieuse. Je passe quatre mois par an dans ma grange et le reste à la ville.
A l'automne et au printemps, les moutons se baladent. 500 brebis sur un terrain, vous savez ce que ça fait; mes murets en pierre sèche amoureusement montés en été sont systématiquement détruits. Et je ne compte pas le labourage des sangliers. Alors je pourrais clôturer. Mais je n'aurais plus le plaisir de voir les brebis bouffer mes roses, tenter d'ouvrir ma porte et au petit matin lorsque j'ouvre silencieusement mes volets de voir parfois un chevreuil ou un renard sous ma fenêtre.
Bref, la je me sens montagnard même si je ne connais pas grand chose en brebis. Mais il faut aussi que je graille et alors je descend à la ville Seix, voire à la mégapole du Couserans, St Girons.
Je redeviens alors instantanément citadin.
Ce que je veux dire c'est que le montagnard, le vrai, il ne doit pas en rester beaucoup dans les montagnes.
Image

Alors le montagnard est peut être celui qui vit en continu au village ?
Combien dans la vallée d'Ustou ont déjà tâté un trayon ? Une demi douzaine peut être ! (a noter que l'ourse, toute comme la hase en possède six). J'enlève du décompte les vieillards qui ont connus une autre époque.

Combien connaissent le port de Marterat, l'emblème de la vallée? La plupart des piliers de l'auberge n'en connaissent que le poster géant trônant dans le bar. Mais ce sont tous des gars et des filles de la vallée, nés ici, ils sont bien plus montagnards que le toulousain et l'ours ils connaissent !

Informer sur l'ours, une action de FERUS, ici à Ustou:
https://www.youtube.com/watch?v=2ao7_CCjCro

Image

Revenons à cette histoire des 128 brebis mortes prématurément.
Les faits:
125 périssent à Luz dans la nuit du 1 au 2 juillet 2016 par dérochement. Plus 7 un peu plus loin d'autres éleveurs.
Très vite, la presse citait abondamment l'éleveur Thierry Lassalle-Carrère: "j'ai aussi retrouvé une bête agonisante. Elle portait des traces de morsures de l'ours et a été euthanasiée".
Le 5 juillet, la responsabilité de l'ours est reconnue, la commission d'indemnisation à décider d'indemniser "au bénéfice du doute", c'est à dire sans avoir mis en évidence l'action de l'ours. Un ours avait été vu dans le secteur et cela suffit.

Mais il reste des zones d'ombre :
- rien sur la brebis soit disant mordue par l'ours
- aucune mesure de prévention prise par l'éleveur
- troupeau dans une zone particulièrement escarpée

Pour être complet: http://www.ferus.fr/actualite/derochement-de-132-brebis-a-luz-les-questions-qui-derangent

Les éleveurs ont reçus 240 € par brebis. Une indemnisation complémentaire sera versée à Lassalle-Carrèrre pour grand dommage.

Une ou réflexions:
L’enquête n'a pas traînée, mais sans mettre en doute les compétences et l'intégrité de l'équipe enquêtrice, il était évident que l'état allait payer. Ils ont assez d'emmerdements par ailleurs pour ne pas se taper une manif à Toulouse avec des pneus enflammés devant la préfecture.
Le 1 juillet, le jour même de "l'incident", le Comité de Massif des Pyrénées votait à 50 % en faveur d'un renforcement du noyau occidental. Une victoire pour les pro-ours, mais tout de même une coïncidence bizarre!

Le ministre Baylet s'est rendu à Luz le 2 août et a affirmé qu'il n'y aurait pas de réintroduction. Ministre qui à un journal qui systématiquement s'oppose à la réintroduction de l'ours.
http://www.ladepeche.fr/grand-sud/ours-des-pyrenees/

Royal, elle devait être en vacances...
Mr Lassalle-Carrère, l'éleveur, n'est pas inconnu du gouvernement: le 25/08/2013, il recevait sur son domaine le ministre Le Foll.

Bilan des dommages au 31 août 2016 :
http://www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/DREAL-Occitanie-bilan-dommage-ours-31aout2016.pdf
On voit que les dommages imputables à l'ours restent constant malgré l'augmentation de la population ursine. C'est une bonne nouvelle qui démontre peut être que la protection des troupeau est une bonne idée.

Petite pause apaisante avec le berger Norbert Estèbe à Ustou (photo de Pauline Cusin)
Image

J'entend aussi les bergers qui pour la grande majorité ont des demandes sensées et font la part des choses: je vous conseille de regarder le vieux berger, très sage, qui après avoir combattu l'ours, le respecte profondément:
https://www.youtube.com/watch?v=TDcRz1dMIDI
Regardez jusqu'au bout, il étale toute les facettes de la problématique. Il se trompe tout de même sur la capacité d'adaptation des ours slovènes: depuis 2006 aucune réintroduction française alors que les naissances ont été au nombre de 42.

La sagesse du vieux berger est bien éloignée du comportement d'autres, comme cet éleveur qui dénonce un changement de civilisation, rien que ça:
http://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/hautes-pyrenees-une-vache-devoree-par-un-ours-sur-l-estive-d-areing-1084951.html

Ce n'est pas la présence de l'ours qui désertifie les vallées et qui tue tous les paysans de France, c'est notre système économique.

Le système d'indemnisation est pervers:
Image

Ces éleveurs bénéficient d'avantages considérables: subventions diverses, cabanes toute équipées gratuites, livraisons par hélico, utilisation gratuite du domaine public, ...
Pour de nombreux défenseurs de l'ours, l'éleveur qui ne met pas en oeuvre les solutions de protection (clôture, patou, présence du berger) et qui se fout des alertes de l'ONCFS ( comme dans le cas des 128 brebis) ne devrait pas être indemnisé. Il est temps pour la profession de faire le ménage, l'argent public pourrait peut être servir à cela.

Je pourrais parler des traditions revendiquées par les éleveurs. S'ils veulent mettre les bergers dans les orris quatre mois par an avec un bout de pain, une croûte de fromage et du mauvais vin, ils peuvent toujours essayer.
Ou vivre comme les bergers turcs, ici à Balkini dans la maison du berger, photo familiale:
Image

OK, pure démagogie de ma part...

Mais certains de nos bergers et éleveurs sont tout de même bien bouchés:
L'année passée, une alerte avait été transmise par le réseau ours, un ours se baladait vers le port d'Aula. J'y monte tôt le matin: coté français point de berger ni de chien et des brebis parsemées dans la montagne assez raide dans le coin.
J'arrive au port. Coté Espagnol, un troupeau bien regroupé encadré par trois bergers avec une demi douzaine de chiens. Ils avaient certainement passé la nuit comme cela. Trouvez la différence!
D'ailleurs, il n'y a pas assez de cabanes vers Aula (tout de même 4); ils en rajoutent :
Image

Actions du réseau ours :
https://www.youtube.com/watch?v=juQ5cXa_Gao

Il faut regarder les chiffres:
- 600 000 brebis en estive
- 18 000 à 30 000 pertes par an dont 150 à 200 imputées à l'ours soit 1%.

Un peu d'histoire:

Initialement, il y avait l'ours des cavernes apparu il y a 500 000 ans, ours très différent de l'ours brun. Une étude récente http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/jqs.2883/epdf?r3_referer=wol&tracking_action=preview_click&show_checkout=1&purchase_referrer=onlinelibrary.wiley.com&purchase_site_license=LICENSE_DENIED_NO_CUSTOMER montre que l'espèce s'est éteinte il y a environ 25 000 ans pendant la dernière glaciation: leur régime purement végétarien les aurait condamné.
Preuve que l'ours brun pourrait mieux s'en sortir en croquant des moutons.

L'ours brun couvrait la France jusqu'au moyen age et les Pyrénées jusqu'au moins le XV siècle.

Il existe 14 variétés d'ours bruns:
Les plus gros (800 kg), les mieux protégés et en augmentation : le grizzly très agressif et le kodiak (île au sud de l'Alaska) considéré comme carnivore.

En Russie, environ 40 000 ours présents et ça attire du monde: safari photo, chasse et braconnage: une idée de développement pour les Pyrénées!

Dans de nombreux pays européens, l'ours est protégé plus ou moins: en Roumanie, Slovanie, Stovaquie, Scandinavie, Autriche des centaines d'ours vivent. Ne pas oublier la Cantabrie avec environ 200 ours.
En Bulgarie, les anciennes pratiques du Couserans perdurent: les montreurs d'ours avec son lot de cruautés.

Population d'ours dans les Pyrénées:
- en 1900 400 ours
- 1930 300
- 1990 9
- 2000 6
- 2016 30

La diminution des ours a été de concert avec la désertification des vallées.

A la fin du XVIII, l'ours était très répandu dans le Val d'Aran et le Haut Pallars, la destruction a été massive en Andorre et en Ariège. Plus rapide dans le Couserans que dans l'Aston.

On a pu comptabiliser les ours tués par l'homme (quelques milliers) mais sans avoir jamais réussi à estimer la population totale au fil des siècles.
On sait par contre que la vallée d'Ossau abritait plus d'ours que toute l'Ariège au XVII et XVIII.

A partir du début du XX, il n'y a quasiment plus de chasse organisée, les ours tués étant le fait de chasseurs d'isards. La dernière battue date de 1942 en Aragon et Ariège. A compté de 1964, vu l'interdiction, ce ne sont plus que des "accidents".

Les "accidents" depuis 1997:
- Franska, accident de voiture
- Melba tuée par Gausserand, affaire classée sans suite
- Palouma accidentelle mais des gros doutes
- Canelle, la dernière ourse pyrénéenne, tuée par Marquèze condamné à 11 000 €.

Des chasseurs d'ours célèbres comme Couturier ou des revues de chasse ont prônés des réserves d'ours dans les Pyrénées. Au delà des positions officielles actuelles des fédérations de chasse, il est difficile de connaitre le ressenti de chaque chasseur.

Le chasseur et l'ours:
En France, l'ours n'a jamais attaqué l'homme sauf pour se défendre face à un chasseur.
Il existe de nombreuses histoires de combat corps à corps entre l'homme et l'ours des deux cotés de la frontière.
La réputation du chasseur tenait beaucoup à sa bravoure supposée, les primes également ainsi que les quêtes auprès des villageois lors des tournées où il montrait le cadavre de l'ours.
L'exposition de l'ours mort à coté du chasseur faisait partie de la culture pyrénéenne.
Image

A l'époque des chasses, une prime était attribuée selon la taille de l'ours. Des amendes ont même été données à ceux qui refusaient de participer àux battues.

La guerre totale:
Face aux ravages des ours (pas seulement les brebis mais aussi les cultures de céréales, les poulaillers) on a inventé beaucoup d'armes:
Fosses équipées de pieux, piège au miel, trebuc(arme à plusieurs canons), poignard, enfumage, incendie, avalanche, strychnine, verre pillé. Effarouchement également par le feu, le bruit et le patou équipé de collier cloutés.
Comme en Turquie vers Bagaren:
Image
Ce n'est pas le toutou de Dalmatien :)

Le patou n'a jamais tué d'ours, il refuse le combat. Une seule exception en Béarn au début du XX où un patou à combattu un ours qui avait prélevé une brebis. Le chien est revenu en sang mais avec la brebis morte.
La technique du chien consiste à harceler. D'autres chiens, les zyrlan ont été testés avec succès: ces chiens n'ont pas peur des fauves.
Tout sur les patous:
https://fr.scribd.com/document/322147406/Etude-sur-la-Protection-des-troupeaux-Pays-de-l-Ours#from_embed

Mythes:

L'ours, tout comme l'éléphant en Afrique, n'est pas un animal comme un autre: le plus gros terrestre en Europe, mammifère comme l'homme, une intelligence reconnue. Emblématique, respecté voire vénéré, l'ours brun est assez peu connu finalement.

Bious Artigue par Pierre Gorse:
Image

Les chasseurs d'ours, respectés et craints avaient un statut spécifique. Dans leurs récits les montagnards les ont toujours décrit avec respect et passion tel Vincent de Chausenque qui parle du vieux chasseur en "admirant sa persévérance, son courage porté souvent jusqu'à sa témérité"
https://books.google.fr/books?id=hA8MAAAAYAAJ&pg=PA146&lpg=PA146&dq=ustou+chasseur+ours&source=bl&ots=74O0R4GPjB&sig=q21HhiRjcM-9-4BXKC5-Oncbl4g&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjR857KvYbPAhUkI8AKHWfCBeg4ChDoAQgiMAA#v=onepage&q=ustou%20chasseur%20ours&f=false

Une certaine vénération, un culte de l'ours a probablement existé en Europe jusqu'en Sibérie.
Dans les Pyrénées, il y a plusieurs versions sans preuves de vénération:
Il y a presque autant d'histoires que de vallées.
L'ours, ancêtre de l'homme (mythe de Jean de l'Ours).
L'ours qui descend de l'homme: dans le Vicdessos, un homme et une femme auraient été puni par Dieu qui les aurait changé en ours. En catalogne se serait la Vierge qui aurait infligé une telle punition.

Nombreux sont les lieux dans les Pyrénées portant la marque de l'ours sans compte les fêtes de l'ours.

Lac d'Oo par Louis Lejeune, 1834:
Image

L'avenir, incertain

Ou les locaux s'opposent à une directive décidée en haut: en 1996, en Béarn un vote approuvait la réintroduction d'une ourse. Mais la ministre Voynet veut classer la zone à ours dans Natura 2000: le feu est mis, les élus sont indignés, même les écolos s'y mettent. Échec de la réintroduction.
Désormais l'avenir de l'ours ne peut plus venir de l'Etat ou de l'Europe. Les réintroductions en 2006 ont été vivement contestées. Depuis, malgré les condamnations de l'Europe envers la France, tous les ministres successifs se sont dérobés.

Conclusion:

Appareil de prise de vue de l'ONF pour le suivi de la faune dans le massif du Valier:
Image

Tout ceci était peut être confus, vous m'en excuserez.

Et pour ceux qui pensent (ce que les citadins appellent) que la biodiversité est une hérésie, alors regardez ce merveilleux film de Jacques Perrin et Jacques Cluzard "Les saisons".

http://www.lessaisons-lefilm.com/, facilement téléchargeable illégalement sur les bons sites

_________________
randocouserans


Haut
 Profil Site Internet 
 
 Sujet du message: Re: Cet inconnu
MessagePosté: 11 Oct 2016 07:30 
Hors ligne
Pyrénéiste
Pyrénéiste
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Jan 2011 14:09
Messages: 6129
Localisation: Saillagouse
J'aurai imaginé qu'en période de châtaignes ça aller castagner et puis rien ! je suis déçuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu ! :mdr3:

Bon, perso je dois dire que j'ai toujours été contre la réintroduction de l'ours, sa disparition était triste et absurde mais voilà c'est comme ça, d'autant plus que :
- L'ours n'était pas en danger au plan mondial
- La réintroduction n'allait pas permettre la sauvegarde la race pyrénéenne (ce fut bien le cas)
- C'était un paradoxe entre écologie et tourisme (attirer des touristes ce qui est en général anti-écolo)

Une fois ça dit, il faut voir les choses comme elles sont. Il y a maintenant de nouveau des ours ans les Pyrénées et autant faire les choses proprement.
Après tout que mes impôts (colossaux :mrgreen: ) servent à indemniser ou à faire de la prévention pourquoi pas.

Ce sujet est finalement plus symbolique qu'autre chose :
- Le manque de courage des politiques
- Le "drame" de l'agriculture de montagne (s'inspirer des suisses? )
- L'écologie gérée par des bobos parisiens (je les hais)
- La difficulté à attirer des touristes tout en gardant un coté sauvage
etc...

Une remarque quand même en passant, depuis que celui qui avait tiré sur des vautours qui avaient parait-il dévoré des bêtes vivantes a été condamné, on ne parle plus de ce sujet......

Ah oui PS : même moi je suis allé au port de Marterat ! :mdr3:

_________________
http://www.rando-marco.fr


Haut
 Profil Site Internet 
 
 Sujet du message: Re: Cet inconnu
MessagePosté: 13 Mar 2017 12:05 
Hors ligne
Promeneur (neuse)
Promeneur (neuse)

Inscription: 13 Mar 2017 11:52
Messages: 4
Beaucoup de moutons, super! Merci pour une histoire intéressante!)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 




Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à: